Desmarais vit le moment présent

Après cinq matchs avec les Maroons, Joshua Desmarais... (Joe Labrie)

Agrandir

Après cinq matchs avec les Maroons, Joshua Desmarais avait amassé six points.

Joe Labrie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Waterloo) Occupé à gérer un bar au centre-ville de Montréal et à entraîner au hockey mineur de Laval, Joshua Desmarais n'a pas joué la saison dernière. Et il s'est rendu compte à quel point ça lui avait manqué lorsqu'il s'est joint aux Maroons.

« C'est grâce à Maxime Guyon si je suis ici, a expliqué Desmarais avant de prendre la direction de Lac-Mégantic, où les Waterlois avaient rendez-vous avec le Turmel, vendredi soir. On jouait ensemble dans une ligue de garage et il m'a parlé des Maroons. Le lendemain, Michel Deschamps m'appelait. Et peu après, je disputais un premier match préparatoire. »

Et Desmarais a créé une forte impression dès le départ. À 6' et 250 livres, il en impose. Il est capable de générer de l'offensive... et de prendre soin de lui. 

« Ma taille et mon poids ne m'ont pas toujours aidé, précise-t-il. Certains entraîneurs n'ont vu en moi rien d'autre qu'un bagarreur et ça m'a parfois empêché de montrer ce que j'étais véritablement capable de faire sur la patinoire. J'ai quand même déjà eu des saisons de 25 et 30 buts dans le junior AAA... »

Il a aussi joué dans la LHJMQ avec Shawinigan et Québec. Et dans la Ligue nord-américaine ainsi que dans l'obscure Ligue fédérale, un circuit professionnel où il a amassé une quarantaine de points en 29 matchs il y a quelques années. 

« J'ai un bon curriculum vitae hockey, je me suis amusé un peu partout, mais est-ce que j'ai vraiment réussi à faire ce que je voulais faire ? Honnêtement, je ne sais pas. Tout le monde rêve d'aller le plus loin possible, de jouer dans la Ligue nationale même. Tu ne contrôles pas toujours tout et, parfois, tu ne prends pas les meilleures- décisions non plus... »

Normal qu'il ait rêvé à la grande ligue quand on sait qu'il est le neveu du grand Raymond Bourque. 

« C'est le frère de ma mère. Je vais le voir bientôt quand mon équipe de hockey mineur va jouer dans la région de Boston. C'est certain que j'ai un infini respect pour lui et pour ce qu'il a accompli. »

Des attentes 

Avant le match de vendredi soir à Lac-Mégantic, Joshua Desmarais- avait amassé six points en cinq rencontres dans l'uniforme des Maroons. C'est un bon départ, mais le directeur général et entraîneur Michel Deschamps s'attend à encore plus de sa part. 

« Les attentes, ça fait partie du sport, reprend le Montréalais, que tout le monde appelle Josh. Et c'est généralement quand on s'attend à beaucoup de moi que je suis à mon meilleur. »

Desmarais est âgé de 27 ans. Il ne serait pas étonnant qu'il reçoive un appel de la Ligue nord-américaine s'il fait bien les choses à Waterloo. 

« De plus en plus, j'essaie de vivre dans le moment présent. À chaque fois que j'ai essayé de voir en avant, rien n'a fonctionné comme je l'espérais. Présentement, je suis bien à Waterloo. J'aime mes coéquipiers, j'aime mon coach et j'aime le propriétaire. Je n'en demande pas plus. »

Et il a foi en sa nouvelle équipe. 

« Il y a plusieurs nouveaux joueurs et je pense que nos trois défaites en partant s'expliquent par le fait que les gars ne formaient pas encore un véritable tout. Nous sommes beaucoup plus solides depuis quelques semaines. On a ce qu'il faut pour aller loin, j'en suis convaincu. »

Desmarais et les Maroons affronteront le BigFoot de Saint-Léonard--d'Aston samedi soir à l'aréna Jacques-Chagnon.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer