Dernière heure

Le CH blanchit les Penguins 4-0

Alex Galchenyuk célè‹bre le but de Max Pacioretty... (PHOTO ANDRÉ PICHETTE, LA PRESSE)

Agrandir

Alex Galchenyuk célè‹bre le but de Max Pacioretty en début de 1re période.

PHOTO ANDRÉ PICHETTE, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Michel Lamarche
La Presse Canadienne
Montréal

Al Montoya a servi une troisième performance de qualité en autant de sorties, et il a guidé le Canadien vers une victoire de 4-0 face aux Penguins de Pittsburgh lors de son match d'ouverture locale mardi soir.

Cette victoire est la 3300e dans l'histoire de l'équipe, et la troisième consécutive lors d'une rencontre inaugurale au Centre Bell. L'an dernier, les hommes de Michel Therrien avaient également signé un gain par jeu blanc en lever de rideau à Montréal, 3-0 face aux Rangers de New York.

Le gardien de 31 ans, embauché le 1er juillet à titre de joueur autonome, s'est montré solide tout au long de la rencontre, particulièrement en première période, après que ses coéquipiers eurent connu un départ canon.

Même privés de Sidney Crosby, qui continue de combattre les effets d'une commotion cérébrale, et après avoir joué lundi soir, les Penguins ont profité de nombreuses chances de marquer. Ils ont dirigé 36 tirs sur Montoya, dont 17 pendant les 20 premières minutes.

Mais telle une muraille, Montoya s'est dressé devant les Evgeni Malkin, Phil Kessel et compagnie et signé son sixième blanchissage en carrière et son premier depuis le 31 décembre 2013 contre les Sabres de Buffalo alors qu'il évoluait pour les Jets de Winnipeg.

Pendant que Montoya bloquait tout ce qui était dirigé vers lui, ses coéquipiers ont touché la cible lors de chacune des périodes.

Le capitaine Max Pacioretty a ouvert la marque avec son premier de la saison dès la 23e seconde de jeu. Au passage, il a inscrit son nom dans le livre des records du Canadien pour le but le plus rapide lors d'un match d'ouverture local, effaçant par deux secondes l'ancienne marque établie par Robert Rousseau lors de la saison 1964-65.

Pacioretty a ensuite contribué au premier filet de David Desharnais en 2016-2017, à mi-chemin de la période médiane, puis Alexander Radulov a inscrit son premier dans l'uniforme du Tricolore, tôt au troisième vingt en avantage numérique, après une belle pièce individuelle.

L'entraîneur-chef des Penguins, Mike Sullivan, a contesté le but de Radulov, prétendant que Brendan Gallagher avait causé de l'obstruction à l'endroit du gardien Marc-André Fleury. Mais la reprise vidéo ne lui a pas donné raison.

Ce but de Radulov, inscrit à 4:31, a semblé ralentir les ardeurs des joueurs des Penguins, qui se sont montrés beaucoup moins menaçants pendant les 20 dernières minutes.

Desharnais a mis le match hors de portée avec son deuxième but du match, à 13:44. Il s'agissait de son septième doublé en carrière et de son premier depuis le 28 février 2015 contre les Maple Leafs de Toronto.

Dans la victoire, Jeff Petry a récolté deux passes, la première lui permettant d'atteindre le cap des 100 points en carrière dans la LNH.

Les hommes de Michel Therrien ont terminé le match avec 32 tirs en direction de Fleury.

Le Canadien disputera son prochain match jeudi soir, au Centre Bell, face aux Coyotes de l'Arizona. Il retournera sur la route samedi pour se mesurer aux Bruins de Boston.

Le match entre les Penguins et le Canadien en cinq moments marquants

Pacioretty frappe vite!

Visiblement gonflé à bloc après la cérémonie d'ouverture, le trio de Max Pacioretty, Alex Galchenyuk et de Brendan Gallagher a pris d'assaut la zone défensive des Penguins dès les premiers instants du match. Une mésentente entre Marc-André Fleury et ses défenseurs et une mise en échec de Gallagher derrière le filet ont éventuellement mené au premier but de la saison de Pacioretty, après seulement 23 secondes de jeu. Il s'agit d'un record pour le but le plus rapide par un joueur du Canadien dans un match d'ouverture locale.

Des gardiens au sommet de leur art

Autant Al Montoya que Marc-André Fleury ont brillé pendant le reste de la première période. Le cerbère des Penguins a frustré Alexander Radulov à deux reprises avec moins de cinq minutes à faire, avant d'effectuer le grand écart pour stopper un tir d'Andrew Shaw avec son bloqueur après une mise en scène parfaite d'Alexei Emelin. De son côté, Montoya, qui remplace toujours Carey Price, grippé, a monté la garde en repoussant les 17 tirs des Penguins, dont quatre dans un intervalle d'une minute, contre Olli Maatta, Chris Kunitz, Scott Wilson et Kristopher Letang. Fleury a réussi 12 arrêts lors du premier vingt.

Des pénalités qui coupent le rythme

Avec un peu moins de 13 minutes à jouer à la deuxième période et un score de 1-0 pour le Canadien, Alexander Radulov a été pris en défaut et a écopé une double mineure pour bâton élevé. Les Penguins ont toutefois dû patienter deux minutes pour profiter de leur avantage numérique puisque Nick Bonino a été puni pour mise en jeu illégale moins de dix secondes plus tard. Evgeni Malkin a fait exactement la même chose durant la dernière minute de la période, seulement deux secondes après une mineure infligée à Brian Flynn.

Markov stoppé

On dit souvent que les buts en fin de période peuvent être dommageables et Marc-André Fleury doit le savoir, car il s'est montré solide devant Andrei Markov avec un peu moins de deux minutes à écouler au deuxième vingt. Bien alimenté par David Desharnais, le vétéran défenseur a pu s'approcher à une vingtaine de pieds du gardien des Penguins, qui n'a pas bronché. Fleury permettait ainsi aux Penguins de retraiter au vestiaire avec un déficit de seulement deux buts.

Soirée de première pour Radulov

Alexander Radulov a offert un coussin un peu plus confortable au Tricolore en début de troisième période. Après une séquence où les arbitres ont distribué cinq punitions en 1:54 de jeu (trois aux Penguins et deux au Canadien), Radulov a inscrit son premier but avec le Canadien alors que les locaux profitaient d'un avantage numérique. Le flamboyant Russe s'est amené sur le flanc droit, a fait fi de la glissade d'un rival et a coupé devant Marc-André Fleury, qu'il a déjoué d'un bon tir des poignets. Les Penguins ont contesté le but, croyant que Brendan Gallagher avait gêné Fleury dans son travail, mais les arbitres ont accordé le but après vérification vidéo. Le dernier but de Radulov dans la LNH remontait au 20 avril 2012, si l'on inclut les séries éliminatoires. Il portait alors les couleurs des Predators de Nashville.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer