Xavier Brodeur prend son mal en patience

«C'est certain que je m'attendais à jouer davantage... (Julie Catudal)

Agrandir

«C'est certain que je m'attendais à jouer davantage à 19 ans et à ma troisième saison avec l'équipe...», explique Xavier Brodeur.

Julie Catudal

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Granby) Les Inouk disputaient vendredi soir leur 11e match de la saison. Et le vétéran Xavier Brodeur n'a pris part qu'à trois de ceux-ci.

«C'est difficile, a avoué Brodeur entre la première et la deuxième période. C'est certain que je m'attendais à jouer davantage à 19 ans et à ma troisième saison avec l'équipe...»

Depuis le début de la saison, le Granbyen se promène entre les Inouk, où il a un statut de joueur affilié, et les Braves de Farnham, dans le junior AA. Il a jusqu'ici disputé quatre matchs avec l'équipe de Jean-Charles Lajoie.

«Je participe à chacun des entraînements des Inouk et les Braves me permettent de garder ma forme de match. Mais d'une semaine à l'autre, je ne sais jamais où je vais jouer.»

Brodeur ne veut pas se plaindre. Ce n'est pas son genre. Il sait qu'il n'est pas le joueur le plus talentueux et il demeure tout de même heureux d'être membre des Inouk, l'équipe de sa ville et de son enfance. S'il y a quelqu'un qui a le logo de la formation tatoué sur le coeur, c'est bien lui.

«Je travaille fort pendant les entraînements, je continue à encourager mes coéquipiers et je continue à m'impliquer dans la communauté. Rien n'a changé depuis la saison dernière, sauf que je joue pas mal moins.»

Forte compétition à la ligne bleue

Brodeur a pris part à 50 matchs en 2015-2016, parfois à la défense, parfois à l'attaque. David Lapierre lui trouvait toujours une utilité. Cette saison, il a été employé seulement à la ligne bleue.

«Je serais bien prêt à mettre les jambières de gardien pour jouer plus souvent si on me le demandait!», a-t-il lancé en riant.

Celui qui est particulièrement apprécié dans le vestiaire admet qu'il n'a pas connu son meilleur camp d'entraînement. Il sait aussi que la compétition est forte à la ligne bleue des Inouk.

«Je ne lâcherai pas. On a une belle équipe et j'adore les gars. La chimie est excellente dans le vestiaire. Honnêtement, ça m'aide à prendre mon mal en patience, ça m'aide à m'accrocher», a-t-il conclu.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer