Les Eskimos infligent un cinglant revers aux Alouettes

Brandon Rutley, à gauche, plaqué par Kenny Ladler.... (Graham Hughes, La Presse canadienne)

Agrandir

Brandon Rutley, à gauche, plaqué par Kenny Ladler.

Graham Hughes, La Presse canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Frédéric Daigle
La Presse Canadienne
Montréal

Les Eskimos d'Edmonton ont porté un dur coup aux espoirs des Alouettes de se qualifier pour les matchs éliminatoires de la Ligue canadienne en infligeant un cuisant revers de 40-20 aux Montréalais, lundi après-midi.

Contrairement à ce qu'ils avaient démontré face aux Argonauts de Toronto il y a huit jours, les Alouettes (4-10) ont fauté par une mauvaise exécution généralisée dans toutes les phases du jeu, ce qui a permis aux Eskimos (8-7) de prendre le contrôle du match.

Les visiteurs ont mis le match hors de portée des Alouettes (4-10) en inscrivant 21 points contre aucun au troisième quart. L'attaque des locaux n'a d'ailleurs obtenu que huit jeux au cours de cette période.

Dès le retour de la pause, Cord Parks a scié les jambes des Alouettes en interceptant une passe de Rakeem Cato (20 en 31, 268 verges, un touché). Difficile de dire si Kenny Stafford a couru le mauvais tracé sur le jeu ou si Cato s'est planté, mais une chose est certaine, le demi de coin des Eskimos (8-7) était seul à l'endroit où le ballon a été lancé.

Les visiteurs ont repris le ballon à la ligne de 43 des Alouettes. Quatre jeux plus tard, Mike Reilly a rejoint Chris Getzlaf fin seul à l'entrée de la zone des buts pour un gain de huit verges et le touché, qui portait alors la marque à 23-11 en faveur des visiteurs.

«Nous avions une chance de prendre les devants et j'ai tout bousillé. Je n'ai pas vu le défenseur, a admis le quart des Alouettes. Kenny a fait ce qu'il avait à faire, il a couru un tracé parfait. C'est moi qui ai raté mon coup.»

«Il s'agit de mauvaise communication, a pour sa part plaidé Stafford. Nous étions sur la même longueur d'onde, Cato et moi. Nous allons apprendre de cela. Il ne s'agit pas de pointer qui que ce soit du doigt.»

«Je ne sais pas si c'est ce jeu-là qui nous a sortis du match, mais certainement qu'il ne nous a pas aidés, a expliqué l'entraîneur-chef, Jacques Chapdelaine. Nous n'avons pas été en mesure de trouver une réponse à ce qu'ils nous ont présenté sur ce jeu. En début de demie comme ça, ça nous a donné un retard qu'on ne souhaite pas avoir.»

Sur la séquence offensive suivante, les Eskimos ont franchi 75 verges en 10 jeux pour faire 30-11 sur la course de trois verges de Reilly.

Le demi John White, avec deux, et Brandon Zylstra ont marqué les autres touchés des vainqueurs. Sean Whyte a complété la marque avec des placements de 23 et 14 verges.

Brandon Rutley et Samuel Giguère, dans une cause perdue au quatrième quart, ont marqué les touchés des locaux. Anthony Fera a réussi un placement de 37 verges et raté un autre sur une distance de 41 verges pour un simple. C'est tout ce que l'attaque des Alouettes a été en mesure de générer.

5000 verges pour Reilly

La performance de Reilly, qui a amassé 346 verges, lui a permis de franchir le cap des 5000 verges de gains par la passe cette saison. Il domine le circuit Orridge à ce chapitre. Ses cibles de prédilections ont été Adarius Bowman (112 verges en six passes), Zylstra (104 en six) et Derel Walker (96 en cinq).

Au sol, White a trouvé les failles dans la défense des Alouettes toute la journée, amassant pas moins de 145 verges en 19 courses. En tout, ce sont 514 verges que la défense montréalaise a cédées à ses adversaires, contre 316.

Avec quatre matchs à jouer, les Alouettes occupent toujours le dernier rang dans l'Est derrière les Argonauts de Toronto (5-10) et les Tiger-Cats de Hamilton (6-8). En vertu de leur fiche actuelle, les Eskimos, quatrièmes dans l'Ouest, profiteraient de la règle du croisement pour disputer la demi-finale de l'Est.

Si la troupe de Jacques Chapdelaine est toujours mathématiquement en vie, sa tâche - avec notamment deux rencontres contre les Stampeders de Calgary (13-1-1) - sera très ardue.

Fera et Bédard amochés

Fera et le spécialiste des longues remises Martin Bédard ont dû s'absenter pour quelques jeux au cours de ce duel, étant tous deux ennuyés par des blessures subies dans la rencontre.

Chapdelaine était incapable de dire avec précision quel était leur état de santé après la rencontre et s'ils seront en mesure d'affronter les Stamps samedi prochain, à Calgary.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer