Jonathan Provencher s'en promet avec les Maroons

«Je suis capable de générer de l'offensive, de... (Julie Catudal, La Voix de l'Est)

Agrandir

«Je suis capable de générer de l'offensive, de jouer du hockey robuste et de me battre. Je ne suis pas unidimensionnel!», lance Jonathan Provencher.

Julie Catudal, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Granby) Jonathan Provencher a inscrit un but, il y a une semaine, à l'occasion de son premier match dans l'uniforme des Maroons. Après la rencontre, quand on a fait remarquer à l'entraîneur Michel Deschamps qu'il avait malgré tout été assez discret, il a lancé: «Attendez qu'il se dégêne!»

Provencher a joué pour Deschamps à l'époque du défunt Sleeman de Saint-Césaire, de la non moins défunte Ligue senior des Cantons-de-l'Est. Et il est un très grand fan de l'ancien des Cougars du Collège Champlain, à l'époque où l'équipe évoluait dans la Ligue junior AAA.

«Parce que mon genou était en mauvais était en raison d'une blessure subie au hockey-balle, j'ai très peu joué la saison dernière, explique celui qui a disputé trois petits matchs avec le BigFoot de Saint-Léonard-d'Aston en 2015-2016. Mais là, je suis en santé, j'ai le goût de jouer et l'idée de jouer pour Michel me plaisait beaucoup. On a une bonne complicité et il a confiance en moi.»

À peu près partout où il a joué, que ce soit au niveau junior AAA ou dans le senior, Provencher a amassé une moyenne d'au moins un point par match en plus de récolter sa part de minutes de pénalités. En 2006-2007, avec les Cougars, il a amassé 60 points en 41 rencontres et il a passé...196 minutes au cachot.

«C'est mon style de jeu. Je suis capable de générer de l'offensive, de jouer du hockey robuste et de me battre. Disons que je ne suis pas unidimensionnel!»

Deschamps affirme aussi que Provencher prend de la place dans un vestiaire. Il sera du genre à brasser ses coéquipiers entre deux périodes quand les choses n'iront pas à son goût.

«Le vestiaire, c'est un endroit important pour moi. C'est là qu'on se prépare, c'est là qu'on règle nos problèmes, c'est là que les victoires commencent. J'ai toujours pris de la place dans la chambre.»

Provencher, qui fait 5'6'' et 190 livres, vient d'arriver avec les Maroons. Mais il est déjà convaincu que l'équipe a l'alignement pour tout gagner.

«On est bons partout. Mais il y a plusieurs nouveaux joueurs et il faut créer une véritable chimie entre nous. Moi, je suis ici pour gagner.»

L'athlète de 28 ans de Chambly a confiance en lui. Quand on lui rappelle que les Maroons ont atteint la finale de la Ligue de la Mauricie la saison dernière, il répliquera: «Avec moi, ils vont gagner!»

Les Maroons reçoivent les Sportifs de Joliette samedi soir à l'aréna Jacques-Chagnon. Selon Provencher, les Waterlois ont intérêt à revenir en force.

«Disons qu'on en doit une à nos partisans», tranche-t-il.

À 100%

Jonathan Provencher raconte qu'il a refusé des offres pour jouer en première division de la NCAA à l'époque du junior AAA. Mais il a évolué brièvement en Europe après avoir porté les couleurs de cinq équipes dans la LHJAAAQ.

«L'Europe, ce n'était pas pour moi, dit-il. En fait, ce n'était pas adapté à mon style de jeu. J'ai préféré rentrer au Québec et préparer mon avenir. Aujourd'hui, j'ai un bon emploi (il est représentant pour l'annuaire Pages Jaunes), je ne suis pas à plaindre.»

Et il se promet un bel hiver avec les Maroons.

«Quand j'embarque dans quelque chose, j'embarque à 100%. Je ne m'en viens pas à Waterloo en touriste, croyez-moi.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer