Huit ans de plus avec les Bruins pour Brad Marchand

Brad Marchand a réussi un sommet personnel de 37 buts... (Kim Klement, USA Today Sports)

Agrandir

Brad Marchand a réussi un sommet personnel de 37 buts et 60 points la saison dernière.

Kim Klement, USA Today Sports

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jonas Siegel
Associated Press
Boston

Les Bruins de Boston ont offert une prolongation de contrat de huit ans à Brad Marchand qui lui rapportera 49 millions de dollars US.

L'équipe a fait cette annonce lundi, alors que Marchand se prépare à jouer pour le Canada en finale de la Coupe du monde de hockey.

Marchand, âgé de 28 ans, qui aurait pu devenir joueur autonome sans compensation, l'été prochain, a réussi un sommet personnel de 37 buts et 60 points la saison dernière. En sept saisons dans la LNH - toutes avec les Bruins - il totalise 153 buts et 136 mentions d'aide.

« Boston est ma seconde demeure, a précisé Marchand. Je crois en cette équipe et dans notre groupe de joueurs. »

Ses performances au sein de l'équipe canadienne lui ont permis d'attirer l'attention à travers la ligue. Jouant principalement au sein d'un trio complété par Sidney Crosby des Penguins de Pittsburgh et son coéquipier Patrice Bergeron, Marchand occupe le deuxième rang des marqueurs du tournoi derrière Crosby, avec cinq points. Il est à égalité au sommet avec trois buts.

Lors du week-end, il a fait mouche de façon cruciale en deux occasions, en demi-finale contre les Russes.

L'entraîneur-chef d'Équipe Canada, Mike Babcock, a dit de Crosby qu'il est à son mieux quand jumelé à des joueurs rapides et intelligents qui pourchassent la rondelle sans relâche, ce qui correspond en tous points à Marchand.

Le directeur général de la formation canadienne, Doug Armstrong, s'est dit agréablement surpris de la « synergie » entre les deux joueurs.

Marchand et Crosby ont patiné ensemble pendant la saison morte et Marchand, en compagnie de Bergeron, est allé faire un tour au camp de hockey de Crosby pendant l'été.

Marchand dit qu'il a ainsi pu cerner quelle lecture du jeu fait Crosby, ce qui l'aide à choisir les gestes optimaux comme compagnon de trio.

« Sa compréhension et son exécution sont si élevées que oui, il faut s'ajuster un peu, dit Marchand. Ç'a pris un certain temps, mais je pense que ça va de mieux en mieux à chaque match. »

À un autre niveau

La finale de la Coupe du monde opposera le Canada à Équipe Europe dans une série deux-de-trois, à compter de mardi. Le deuxième match se tiendra jeudi et si nécessaire, tout se déciderait samedi.

« La visibilité et le fait d'avoir sa place au sein d'une équipe avec ce calibre de joueurs, c'est incroyable, a reconnu Marchand au sujet de son expérience à la Coupe du monde. Quand vous réalisez que vous pouvez jouer à ce niveau, ça vous procure vraiment un sentiment de bien-être. Et ça vous pousse à un autre niveau. »

Marchand a aidé les Bruins à gagner la Coupe Stanley en 2011, avec une récolte de 11 buts en séries éliminatoires, au deuxième rang de l'équipe. Il avait amorcé la saison, sa première dans la LNH, au sein du quatrième trio. À la fin, il avait intégré le groupe de six meilleurs attaquants des Bruins.

Le 71e choix en 2006 aurait été très convoité s'il avait été disponible sur le marché des joueurs autonomes en 2017, surtout après sa solide performance à la Coupe du monde.

« En ce moment avec Équipe Canada, il est très respecté par ses coéquipiers pour la façon dont il se prépare, la façon dont il joue et tout le reste, a révélé l'entraîneur des Bruins, Claude Julien, qui agit comme adjoint à Mike Babcock au sein de l'équipe canadienne. Il a progressé. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer