«Je suis tombé au bon endroit»

«Je voulais travailler dans la LHJMQ. C'était mon... (photo fournie par les Huskies de Rouyn-Noranda)

Agrandir

«Je voulais travailler dans la LHJMQ. C'était mon objectif, mon rêve», explique David Lapierre.

photo fournie par les Huskies de Rouyn-Noranda

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Granby) Les Huskies de Rouyn-Noranda vont entreprendre leur nouvelle saison dans la LHJMQ jeudi soir en recevant l'Armada de Blainville-Boisbriand. Et derrière le banc, un Granbyen va réaliser un rêve.

David Lapierre a été embauché à titre d'adjoint à l'entraîneur-chef Gilles Bouchard le mois dernier, tout juste avant le début du camp d'entraînement des Huskies et... des Inouk, qu'il a laissés derrière lui. Tout s'est passé très rapidement et Lapierre est encore étourdi quand il y repense.

«J'ai rencontré Gilles Bouchard en entrevue dans un restaurant de Laval le jeudi (4 août) et, quatre jours plus tard, il m'appelait pour me dire qu'il m'attendait à Rouyn le plus vite possible!, raconte Lapierre depuis son bureau de l'aréna Iamgold. Je venais de terminer le pré-camp des Inouk, je travaillais sur l'alignement de l'équipe et j'étais à cinq minutes d'embarquer sur la patinoire avec mes jeunes du hockey mineur. J'ai à peine eu le temps d'appeler ma blonde avant de sauter sur la glace!»

Lapierre n'avait pas envoyé de curriculum vitae à Rouyn-Noranda. Mais il avait obtenu des entrevues après avoir postulé pour des postes d'adjoint à Moncton et à Baie-Comeau.

«Je voulais travailler dans la LHJMQ. C'était mon objectif, mon rêve. Là, j'y suis et je me rends compte tous les jours à quel point je suis tombé au bon endroit. Gilles est un homme de hockey extraordinaire, duquel j'apprends énormément, les Huskies représentent une organisation de première classe et les gens de Rouyn adorent leur équipe.»

Et les Huskies, ce qui ne gâche rien, auront encore un excellent club cette saison. Ils sont équipés pour défendre avec succès leur titre de champions de la LHJMQ.

En passant, il y aura un autre Granbyen dans l'entourage de l'équipe: l'attaquant de 17 ans Brandon Tracey, un ancien du programme de hockey de Massey-Vanier, a réussi à forcer la main des Huskies malgré ses 5 pieds 4. En tant que joueur affilié, Tracey fera la navette entre l'Abitibi et Alma, où il jouera au niveau collégial.

«Il est rapide et très talentueux, mentionne Lapierre. Moi, les p'tits joueurs, je n'ai rien contre ça.»

Des responsabilités

Contrairement à la tendance actuelle dans le monde du hockey, ils ne sont que deux derrière le banc des Huskies, soit Bouchard et Lapierre. Et ce dernier apprécie le fait qu'il a énormément de responsabilités.

«Pendant les matchs, je m'occupe des défenseurs et du désavantage numérique et je discute stratégie avec Gilles, explique-t-il. Pour le reste, je décortique les parties sur vidéo et je suis responsable d'analyser l'équipe adverse que nous nous préparons à affronter, toujours à l'aide de la vidéo. Aussi, Gilles m'implique dans toutes les décisions qu'il prend. Nous avons de belles affinités.»

Et Lapierre s'est rapidement rendu compte qu'il travaillait dans la grosse ligue lorsqu'il a vu les installations des Huskies.

«Le vestiaire des Huskies est spacieux, il y a un grand gymnase adjacent à la chambre et la salle où nous regardons les films de matchs avec les joueurs est une véritable salle de cinéma, située à l'intérieur même de l'aréna. Je le répète, tout est de première classe ici!»

Ce qui ne l'empêche pas, toutefois, d'avoir une bonne pensée pour les Inouk et pour Granby de temps en temps.

«J'ai eu la chance de travailler chez nous, dans ma ville, pour une des meilleures organisations du junior AAA. Je garde des souvenirs extraordinaires des Inouk. La coupe, les gars, les partisans, etc. Et je continue à suivre l'équipe à distance...»

Cheminement

David Lapierre a 36 ans. Il est heureux là où il se trouve et dans les fonctions qu'il occupe, mais il voudra poursuivre son cheminement un jour. Il ne nous en voudra pas d'écrire qu'il est ambitieux.

«C'est la première fois de ma vie que je suis adjoint, que j'ai un patron derrière le banc. C'est certain que, si les choses se passent bien, je voudrais être entraîneur en chef dans la LHJMQ éventuellement. Mais j'apprends, j'apprends tous les jours, et je ne suis pas pressé.»

Lapierre a un contrat de deux ans en poche. Il n'a jamais eu droit à un tel privilège avec les Inouk.

Il sera bientôt papa

À travers tout ce qui s'est passé au cours des dernières semaines, David Lapierre a appris une autre grande nouvelle: il sera bientôt papa!

«On va savoir cette semaine si c'est un garçon ou une fille que ma blonde attend, raconte-t-il. On a très hâte!»

Sa conjointe, une Maskoutaine, a accepté de suivre son homme en Abitibi. Véronique est déjà mère d'un petit garçon. «C'est une femme extraordinaire. En amour aussi, je suis bien tombé.»

Quand la vie va bien...

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer