Les Alouettes changent d'entraîneur

Jacques Chapdelaine est promu entraîneur-chef des Alouettes de... (La Presse)

Agrandir

Jacques Chapdelaine est promu entraîneur-chef des Alouettes de Montréal.

La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne

Non seulement Jim Popp quittera ses fonctions d'entraîneur-chef plus tôt que prévu, mais il y aura d'autres changements au sein des Alouettes de Montréal, si l'on en croit Jacques Chapdelaine, promu de façon intérimaire lundi.

L'une des premières victimes pourrait bien être le coordonnateur à l'attaque Anthony Calvillo.

«Ça va être important pour nous de rencontrer tous les gens au sein de notre équipe d'entraîneurs, incluant Anthony. J'ai beaucoup de respect pour lui, non seulement pour la personne, mais comme homme de football. Avant de partager avec tout le monde la façon dont je vois les choses, je veux, par respect, discuter face à face avec les personnes qui seront impliquées», a dit Chapdelaine au cours d'une longue téléconférence quand on lui a demandé si l'ex-quart vedette était toujours l'homme de la situation. Tout ce que je peux dire aujourd'hui, c'est qu'il y aura des changements. Non seulement dans la structure de l'équipe, mais également à l'attaque.»

Le Sherbrookois de 55 ans a également indiqué qu'il avait «beaucoup réfléchi au sujet de l'appel des jeux à l'attaque».

Chapdelaine est conscient de l'énorme défi qui l'attend au cours des six matchs qui restent au calendrier des Alouettes, derniers de la section Est en vertu de leur fiche de 3-9 - et qui traversent une séquence de quatre revers.

«Je comprends que ce n'est pas une tâche qui sera facile, mais de mon côté, je ne me vois pas comme un entraîneur par intérim, a-t-il souligné. Je pense que mon travail est d'apporter des solutions non seulement à court terme, mais aussi à long terme. Mon travail sera révisé à la fin de la saison, que je sois ici par intérim ou non.»

«On voulait prendre une décision pour la saison 2016 qui nous permettrait de corriger la situation rapidement, et qui nous donnera du temps et le recul nécessaire pour regarder l'ensemble de l'oeuvre. Nous pourrons alors soit réaffirmer notre décision ou nous donner la chance de réévaluer toutes nos options, a indiqué le président et chef de la direction, Mark Weightman. (...) On voulait faire les choses une étape à la fois.»

«Ça a fait partie de nos discussions, a ajouté le gouverneur principal et copropriétaire Andrew Wetenhall. Est-ce que ce sera bénéfique pour notre organisation de faire un changement en cours de saison, avec tous les problèmes que ça implique, et cela peut-il nous amener à gagner des matchs? Bien sûr, personne ne le sait, mais nous le souhaitons. Nous ne sommes tout de même pas naïfs: nous ne visons pas une fiche de 6-0, ce n'est pas réaliste. Par ailleurs, apporter ce genre de changement en milieu de saison ne nous permet pas de faire une recherche exhaustive: la disponibilité des candidats, externes ou internes, est très limitée. (...) Confier ce poste de façon autre qu'intérimaire serait imprudent et injuste, pour Jacques et d'autres candidats de qualité, y compris certains au sein de notre organisation.»

«Nous sommes tous des entraîneurs par intérim, a philosophé Chapdelaine. (...) Dans ma tête, c'est mon «job', mon opportunité.»

Mûre réflexion

La décision de remplacer Popp, qui conserve son poste de directeur général, a été le fruit d'une longue réflexion tenue par Popp lui-même, Weightman, ainsi que les propriétaires Bob et Andrew Wetenhall.

«C'est une discussion que j'ai eue en plusieurs occasions avec la famille Wetenhall, a expliqué Popp, qui a compilé une fiche de 22-36 en carrière comme entraîneur. Du moment où j'ai obtenu ce poste jusqu'à ce qu'on décide que je revienne pour cette saison, nous avons toujours évalué notre personnel. C'est un processus qui n'a jamais vraiment eu d'échéancier. (...) Ça a été un effort collectif qui a mené à cette décision.»

Andrew Wetenhall a toutefois pris bien soin de préciser que le choix de l'entraîneur-chef est toujours revenu aux propriétaires.

Chapdelaine s'est joint aux Alouettes avant la présente campagne à titre d'entraîneur des receveurs et conseiller spécial au coordonnateur à l'attaque. Il dirigera son premier match le 2 octobre, alors que les Alouettes, qui bénéficient d'un laissez-passer cette semaine, accueilleront les Argonauts de Toronto.

Il devient ainsi le 22e entraîneur-chef de l'histoire des Alouettes et le premier francophone. L'ex-demi-inséré a été entraîneur ou coordonnateur à l'attaque pendant 13 saisons dans la LCF, avec les Stampeders de Calgary, les Lions de la Colombie-Britannique, les Eskimos d'Edmonton et les Roughriders de la Saskatchewan. Il a participé à quatre finales de la Coupe Grey et a vu ses équipes l'emporter trois fois.

Au niveau universitaire, il a dirigé le Rouge et Or de l'Université Laval de 1997 et 2000. Il a conduit l'équipe à son premier titre de la Coupe Vanier, en 1999. Il a aussi été l'entraîneur-chef à l'Université Simon-Fraser en 2014.

Popp est le directeur général des Alouettes depuis son retour à Montréal, en 1996. Il a agi à titre d'entraîneur-chef en quatre occasions, afin de remplacer des entraîneurs congédiés ou dont l'état de santé ne leur permettait plus d'occuper leurs fonctions.

En 2013, il a remplacé Dan Hawkins après six rencontres et compilé une fiche de 6-7. Deux ans plus tard, il a remplacé Higgins après huit matchs, conservant une fiche de 3-7. Les Alouettes ont alors raté les séries pour la première fois en 20 ans.

Il est demeuré en poste en début de campagne puisque l'organisation souhaitait de la stabilité au sein du personnel d'entraîneurs, mais il a été incapable d'engranger les victoires avec un club qui éprouve toutes sortes d'ennuis à l'attaque.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer