Blessures à la tête: la NFL investit 100 M $ de plus

La NFL a été sévèrement critiquée pour sa gestion... (Associated Press)

Agrandir

La NFL a été sévèrement critiquée pour sa gestion des blessures à la tête dans le passé.

Associated Press

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Barry Wilner
Associated Press
New York

La NFL prévoit consacrer 100 M $ de plus à developper de nouvelles technologies et à soutenir davantage la recherche médicale liée aux blessures à la tête.

Le commissaire Roger Goodell a annoncé l'initiative «Play Smart. Play Safe.» dans une lettre ouverte, mercredi. «En ce qui concerne les blessures à la tête, je ne suis pas satisfait, et les propriétaires des 32 équipes ne le sont pas non plus, écrit-il. Nous pouvons et nous allons faire mieux.»

Dans le cadre de cette initiative, 60 M $ iront au développement de technologies, comme de meilleurs casques, et 40 M $ iront à la recherche médicale. Quatre aspects seront mis de l'avant: la protection des joueurs, la technologie avancée, la recherche médicale et le partage des progrès avec le public.

La NFL et ses partenaires consacraient déjà 100 M $ à la recherche et au développement technologique. Malgré cela, la ligue a été sévèrement critiquée pour sa gestion des blessures à la tête. Une entente a été conclue pour que le circuit paye environ un milliard $ à plus de 20 000 joueurs à la retraite, au fil de 65 ans.

Goodell écrit que la NFL «a fait de grands progrès au niveau de la santé et de la sécurité. Nous avons modifié des règlements, encouragé des percées dans l'équipement, amélioré les protocoles et les soins et changé la façon dont nous enseignons le football.»

«À juste titre, les commotions cérébrales prennent beaucoup de place dans l'espace public - comment elles surviennent, comment peut-on les prévenir et que savons-nous sur leur impact à long terme.»

Dans le cadre de «Play Smart. Play Safe», la NFL va établir un comité consultatif scientifique et indépendant, qui inclura des médecins, des scientifiques et des cliniciens, pour «soutenir les meilleures propositions pour de la recherche scientifique sur les commotions, les blessures à la tête et leurs effets à long terme», écrit Goodell.

Le commissaire a aussi mis l'emphase sur le besoin d'être transparent. «Nous savons que certains sont méfiants vis-à-vis notre travail dans ce domaine. C'est pourquoi le processus et le résultats de nos travaux seront partagés avec la communauté médicale et le grand public», écrit Goodell.

Notant la hausse dans les cas rapportés de commotion en 2015 - liée en partie à de nouveaux règlements, des protocoles élargis et de nouvelles technologies, Goodell estime que «davantage de tests, d'autodéclarations et de données amèneront des mesures préventives de plus en plus fiables. C'est un changement de culture important pour nous tous.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer