Evi Strasser signe un triplé

La cavalière québécoise Evi Strasser et son cheval... (Tom Von Kapherr)

Agrandir

La cavalière québécoise Evi Strasser et son cheval Rigaudon Tyme ont balayé les trois principales épreuves de niveau international, ce week-end à Bromont.

Tom Von Kapherr

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jonathan Gagnon
La Voix de l'Est

(Bromont) Evi Strasser a volé la vedette à l'occasion de la Classique automnale CDI1*, un important concours de dressage tenu ce week-end au parc équestre olympique de Bromont. La cavalière québécoise et son cheval Rigaudon Tyme ont balayé les trois principales épreuves de niveau international.

Ils ont d'abord remporté le Prix St-Georges, vendredi, et le «test intermédiaire 1», samedi, chaque fois devant Duncan Wood et sa monture Wizard.

La paire a complété le triplé dimanche, alors qu'avait lieu le «test intermédiaire 1 - style libre», considéré comme étant le moment fort du concours. Tiffany Randall et Sunset sont alors montés sur la seconde marche du podium.

«Évidemment, les choses ont très bien été pour moi. Mon cheval a connu une de ses meilleures compétitions. Ça augure bien pour les prochaines années», a commenté Evi Strasser, en anglais.

Ayant notamment participé aux Jeux olympiques d'Atlanta, en 1996, ainsi qu'à plusieurs finales de Coupe du monde avec l'équipe canadienne, Strasser croyait en ses moyens à Bromont.

«J'aborde toujours une compétition avec l'intention de gagner. J'ai pas mal d'expérience en tant que cavalière, et ça me sert bien», indique la résidente de Sainte-Adèle, dans les Laurentides.

Débuts réussis pour Buys

Émilie Buys avait des objectifs plus modestes, elle qui se mesurait à des compétiteurs de niveau international pour la toute première fois. La cavalière de Mont-Saint-Hilaire s'est néanmoins faufilée parmi le top-5 dans chacune des trois épreuves.

«C'est la première année que je compétitionne avec Napoléon (son cheval). Être capable de monter en classe internationale, c'est un autre pas dans la bonne direction.»

Âgée de 27 ans, Buys espère continuer à gravir les échelons au cours des prochaines années.

Notons également que Marc Stanuschewki et son cheval Tolstoy ont dominé les trois épreuves de la catégorie «jeunes cavaliers».

Des compétitions de niveau national ont également été tenues.

Unique au Québec

Le directeur du parc équestre olympique de Bromont, Roger Deslauriers, se plaît à rappeler que la Classique automnale CDI1* constitue l'unique concours international de dressage tenu en sol québécois.

«Notre mandat est de faire mieux connaître le dressage, explique-t-il. On souhaite éventuellement attirer 250 cavaliers. On en avait 125 ce week-end. L'an prochain, on devrait être près de nos objectifs.»

«On veut attirer les meilleurs juges et offrir les meilleures installations possible à notre clientèle.»

M. Deslauriers estime qu'entre 1000 et 1500 spectateurs se sont déplacés au parc équestre olympique ce week-end.

«Pour une compétition comme celle-là, c'est quand même pas mal. Il faut comprendre que le dressage, ça reste encore nouveau pour beaucoup de gens.»

Après deux journées de beau temps, la pluie et les forts vents ont posé quelques problèmes à l'organisation dimanche matin. L'horaire a néanmoins pu être respecté et l'action a pris fin en milieu d'après-midi, comme prévu.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer