Déjà la fin pour Bédard à Rio

Le Bromontois Philippe Bédard s'est fait montrer la... (Fournie par l'Équipe canadienne paralympique)

Agrandir

Le Bromontois Philippe Bédard s'est fait montrer la porte de sortie par le Britannique David Phillipson, vendredi aux Jeux paralympiques de Rio.

Fournie par l'Équipe canadienne paralympique

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Maxime Massé
La Voix de l'Est

(Bromont) L'aventure de Philippe Bédard aux Jeux paralympiques de Rio aura été de courte durée. Le joueur de tennis en fauteuil roulant de Bromont s'est incliné en deux manches de 6-0, 6-1 face au Britannique David Phillipson, vendredi au premier tour du tournoi.

Le match a bien mal débuté pour Bédard, qui s'est fait briser à trois reprises lors du premier set. En plus de commettre quatre doubles fautes, il a peiné à faire passer sa première balle au service, avec un taux de réussite de seulement 20%.

Si son service s'est un peu amélioré en deuxième manche, Bédard n'a jamais réussi à enregistrer un bris face à la 44e raquette mondiale. Phillipson a ainsi dominé le reste du duel pour l'emporter en seulement 46 minutes de jeu.

«Ça n'a pas été une bonne journée. David Phillipson, c'est un excellent joueur. C'est un joueur du top-20 normalement. Je savais que ça allait être difficile et je n'ai pas connu mon meilleur match. J'ai mal servi et ça a affecté tout le reste de mon jeu. Ça met beaucoup de pression quand ton service ne marche pas», a indiqué Bédard à La Voix de l'Est quelques instants après sa défaite.

Les deux joueurs s'étaient affrontés à une seule reprise avant leur match de vendredi à Rio. Phillipson avait gagné leur premier duel en deux sets identiques de 6-3 lors du Championnat international de tennis en fauteuil roulant qui avait eu lieu à Montréal en 2014.

Classé 51e au monde, l'athlète bromontois avait remporté les trois derniers tournois auxquels il avait pris part à Porto Rico, Niagara Falls et Windsor. Ses victoires remontent toutefois à il y a plusieurs mois et Bédard recommençait à peine à jouer de façon plus régulière.

Après des blessures au bassin et à l'épaule, c'est ensuite son mariage qui l'a tenu à l'écart des courts ces dernières semaines.

«C'est certain que j'ai pas joué beaucoup de matchs cet été. Mon dernier tournoi était au mois de juin. Il y a eu plusieurs événements importants dans ma vie cet été. C'est simplement mon mariage et d'autres choses qui ont pris la priorité», a-t-il souligné.

Comme il était l'unique représentant du Canada pour les épreuves de tennis en fauteuil roulant, Bédard ne peut prendre part au tournoi en double. Sa défaite en simple signifie donc la fin de son parcours à Rio.

«Vivre le moment au maximum»

Le Bromontois espérait bien causer la surprise en raison du nombre moins élevé de participants en simple, mais le scénario ne s'est finalement pas concrétisé. «C'est déjà fini pour moi. Je vais passer à d'autres choses rapidement. Je compte bien profiter au maximum de mon expérience à Rio malgré tout.»

Visiblement déçu de son élimination hâtive, il a tout de même assuré qu'il compte savourer chaque moment qu'il lui reste en sol brésilien. «Je n'ai pas encore eu la chance de visiter la ville de Rio comme telle, mais j'ai eu beaucoup de plaisir avec les autres athlètes canadiens. C'est mes deuxièmes Jeux et j'ai plus la chance de vivre le moment au maximum.»

Il s'agissait de sa deuxième participation aux Jeux paralympiques après ceux de Londres en 2012. Bédard, qui a perdu l'usage de ses jambes il y a 14 ans après avoir été atteint du lupus érythémateux, avait alors perdu au deuxième tour en simple.

«La première fois, j'étais impressionné par tout. Là, je me mêle aux autres athlètes, j'encourage tout le monde. Il y a vraiment une belle dynamique au sein de la délégation canadienne», a-t-il indiqué.

Âgé de 34 ans, Bédard effectue donc son dernier tour de piste aux Jeux paralympiques puisqu'il a déjà décidé qu'il ne se présenterait pas à Tokyo en 2020.

«Pour moi, c'est un exploit en soi d'être ici. C'est sûr qu'on veut toujours faire notre match, mais ça ne se passe pas toujours comme on le souhaite. Je trouve ça dommage, mais en même temps, je passe à d'autres choses rapidement. J'ai quand même toujours le sourire dans la figure. Je me considère privilégié d'être ici à Rio et c'est ça l'important», a-t-il conclu.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer