Le Trackvale lance ses activités

De gauche à droite, Maxime Bell-Savoie (administrateur), Érik... (Catherine Trudeau, La Voix de l'Est)

Agrandir

De gauche à droite, Maxime Bell-Savoie (administrateur), Érik Archambault (gouverneur et directeur général) et David Morin (entraîneur-chef) entourent deux des acquisitions du Trackvale, Olivier Chagnon (en rouge) et Antony Boily.

Catherine Trudeau, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jonathan Gagnon
La Voix de l'Est

(Acton Vale) Les dirigeants du Trackvale espèrent raviver la passion pour le hockey senior à Acton Vale. La nouvelle formation locale a officiellement lancé ses activités jeudi soir à l'occasion d'une conférence de presse.

Rappelons que le Trackvale évoluera au sein de la Ligue de hockey senior du Richelieu (LHSR). L'équipe sera commandité par le centre de transbordement ferroviaire du même nom et administré par un organisme sans but lucratif.

Jeudi soir, on a appris que la formation valoise sera dirigée par David Morin cette saison. Ayant notamment fait ses classes avec l'Accent d'Acton Vale au milieu des années 2000, Morin s'est concentré sur le hockey féminin au cours des dernières années. Depuis 2013, il a décroché pas moins de huit titres provinciaux avec les formations AA et AAA de la région de Drummondville.

«C'est un gars du coin qui a beaucoup d'expérience et qui connaît bien les gars de la région. Pour nous, c'était un must d'avoir un David Morin derrière le banc pour notre première saison», explique Érik Archambault, qui remplit à la fois les fonctions de directeur général et de gouverneur du Trackvale.

Trois joueurs sous contrat

Bien que les joueurs ne soient pas rémunérés dans la LHSR, trois éléments ont déjà été mis «sous contrat» par le Trackvale. Il s'agit des attaquants Olivier Chagnon et Antony Boily ainsi que du défenseur Alex Bernard.

Une quarantaine de joueurs étaient attendus au centre sportif d'Acton Vale vendredi soir pour le début du camp d'entraînement de l'équipe.

«Les joueurs de la région n'avaient plus vraiment d'endroit où jouer. Pour continuer à jouer du hockey de bon calibre, ils de-vaient s'exiler loin», mentionne Érik Archambault.

«Plusieurs gars nous ont dit qu'ils étaient prêts à ne pas être payés pour essayer de ramener la coupe à la maison.»

Le Trackvale disputera deux matchs préparatoires face aux Loups de Saint-Gabriel les samedi 10 et dimanche 11 septembre. L'alignement qui amorcera la saison régulière devrait être dévoilé au terme de cette série aller-retour.

Au sein de la LHSR, Acton Vale côtoiera plusieurs rivaux naturels, notamment le Bar Le Devin de Waterloo, les Bulls de Bedford et le Cuisines Action de Farnham.

Une ligue en évolution

En entrevue avec La Voix de l'Est, Érik Archambault est également revenu sur la genèse du Trackvale.

«Acton Vale a toujours été une ville de hockey, notamment avec le Beaulieu et le Nova dans la ligue semi-pro à l'époque», souligne le directeur général de l'équipe.

Afin de ramener un club à Acton Vale, Archambault et son partenaire Maxime Bell-Savoie ont d'abord entamé des pourparlers avec la Ligue de hockey senior A de la Mauricie. «Mais quand on a su le budget que ça prenait pour être compétitif dans cette ligue-là, ça devenait complètement irréaliste», mentionne le principal intéressé.

Approchés par la LHSR, les représentants des futures franchises d'Acton Vale et de Saint-Gabriel ont accepté l'invitation. Ils ont toutefois émis certaines conditions, lesquelles ont été acceptées par la ligue.

Le port de la demi-visière sera dorénavant permis et les équipes pourront exiger un prix à l'entrée lors des matchs locaux.

La «zone sans mise en échec» a également été réduite dans le centre de la patinoire. À la différence d'autres circuits au Québec, la bagarre demeure néanmoins bannie.

Érik Archambault estime que ces changements étaient absolument nécessaires pour que la LHSR, active depuis 10 ans, puisse enfin gagner en visibilité et en popularité.

Chose certaine, l'engouement pour le hockey senior semble bien réel à Acton Vale. La page Facebook du Trackvale a dépassé le cap des 300 mentions «J'aime», soit une cinquantaine de plus que celle de la LHSR.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer