Philippe Bédard s'apprête à partir pour Rio

«J'ai clairement confiance en mes moyens. C'est l'fun... (fournie)

Agrandir

«J'ai clairement confiance en mes moyens. C'est l'fun de partir dans un état d'esprit comme celui-là», explique le tennisman en fauteuil roulant bromontois, Philippe Bédard.

fournie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Bromont) Philippe Bédard ne s'en cache même pas: il est «hyper excité» en pensant à sa participation aux Jeux paralympiques, qui auront bien sûr lieu à Rio.

«J'ai tellement hâte!, lance le tennisman en fauteuil roulant, qui va partir pour le Brésil vendredi. Je suis fébrile, je ne me peux plus, je quitterais aujourd'hui même si je le pouvais!»

Bédard, de Bromont, en sera à sa deuxième participation aux Jeux paralympiques. En 2012, il avait pris part à ceux de Londres, où il s'était incliné au deuxième tour en simple.

«Ce sont mes deuxièmes Jeux paralympiques... et mes derniers. J'ai 34 ans et il est évident que je ne tenterai pas de relever le défi rendu à 38 ans. De savoir que je vais aux Jeux pour la dernière fois, ça fait aussi partie de l'excitation. C'est clair que je veux en profiter au maximum.»

Seul représentant du Canada

Bédard sera le seul et unique représentant du Canada pour les épreuves de tennis en fauteuil roulant. Le tournoi en simple, qui débutera le 9 septembre, aura lieu sur le même site que celui des Jeux olympiques.

«En 2012, c'était un tableau de 64 joueurs et, cette année, c'en est un de 42. Je m'en vais là sans m'imposer aucune pression, sans véritables attentes au niveau des résultats. Dans cet esprit, je pourrais fort bien causer une surprise.»

Bédard, qui a déjà été classé 28e au monde, débarquera à Rio après avoir remporté trois tournois de suite, ceux de Porto Rico, de Niagara Falls et de Windsor.

«Ça remonte à juin, mais je suis clairement sur une bonne séquence, j'ai clairement confiance en mes moyens. C'est l'fun de partir dans un état d'esprit comme celui-là.»

Bédard aime ce genre de grande manifestation sportive. Il y a un an, il avait remporté le bronze en double en compagnie de l'Ontarien Joel Dembe aux Jeux parapanaméricains de Toronto. En entrevue avec l'auteur de ces lignes, il avait alors parlé «d'émotions tellement intenses, tellement extraordinaires».

«Ce sont de merveilleux souvenirs. Est-ce que je vais vivre d'autres moments comme ceux-là à Rio? Je ne sais pas. Au risque de me répéter, je ne m'impose aucune pression.»

Qualification difficile

Philippe Bédard l'avoue: il est particulièrement fier de participer aux Jeux paralympiques de Rio puisqu'il s'est qualifié «par la peau des dents», pour reprendre ses propres mots.

«En raison de blessures au bassin et à l'épaule, je n'ai pas joué énormément au cours de la dernière année et demie. Même qu'à un moment donné, je doutais fortement d'être en mesure de me qualifier. Mais je m'en vais à Rio, je l'apprécie et je vais donner le meilleur de moi-même.»

L'été 2016 est très spécial pour lui. Il s'en va à Rio, certes, mais il s'est aussi marié il y a quelques semaines.

«Mon mariage a été une journée extraordinaire. En fait, je suis encore sur mon nuage. Quand je vous disais que je suis dans un très bon état d'esprit...»

Bédard a perdu l'usage de ses jambes en 2002 lorsqu'il a été attaqué par un lupus érythémateux. Il était alors un skieur et un golfeur de grand talent.

«Mon rêve, lorsque j'étais plus jeune, était de participer aux Jeux olympiques. Aujourd'hui, je m'apprête à prendre part à mes deuxièmes Jeux paralympiques. Je suis fier de mon parcours.»

Avec raison.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer