Footvolley: un Granbyen à Copacabana

Jocelyn Roy s'envolera pour Rio de Janeiro, dans... (Janick Marois, La Voix de l'Est)

Agrandir

Jocelyn Roy s'envolera pour Rio de Janeiro, dans trois semaines, afin de participer à la Coupe du monde de footvolley, dans le cadre des sports en démonstration aux Olympiques.

Janick Marois, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Cynthia Laflamme
La Voix de l'Est

(Granby) Le sable fin, un soleil de plomb, le bruit de l'océan, 12 000 spectateurs et les anneaux olympiques. C'est dans cet environnement de rêve que performera bientôt le Granbyen Jocelyn Roy. L'athlète participera à la Coupe du monde de footvolley, un sport en démonstration, qui se tiendra entre les Jeux olympiques et les Jeux paralympiques de Rio, du 24 au 28 août.

Jocelyn Roy a appris sa sélection tout récemment. Il fera équipe avec Tony Menez, qui a déjà un pied-à-terre à Rio et joue au Japon.

«Le footvolley, c'est en tous points similaire au volleyball de plage, avec les mêmes règlements sur la même grandeur de surface, sauf qu'on n'utilise pas les bras et les mains, explique le directeur d'école qui a été joueur de soccer professionnel, notamment en évoluant avec l'Impact de Montréal. C'est très technique comme sport. On fait une petite butte de sable, on met le ballon dessus, le service se fait par terre vers les airs en frappant avec le pied. L'échange se fait surtout avec la poitrine et la tête.»

Rien n'empêche toutefois les joueurs d'utiliser les pieds pour renvoyer la balle de l'autre côté du filet, ce qui peut donner des moments encore plus impressionnants. Les 24 équipes de deux joueurs proviennent de 23 pays - le Brésil en a deux - et se rencontreront dans le stade installé sur la plage de Copacabana à l'occasion des JO pour le volleyball de plage.

«C'est le plus gros événement de footvolley [à avoir été organisé]. C'est en démonstration entre les Jeux olympiques et paralympiques pour espérer que, dans quatre ans, le sport se retrouve aux Olympiques.»

Le footvolley est déjà très populaire dans les pays d'Amérique du Sud, mais est plus méconnu au Québec. Le très expérimenté Tony Menez a été sélectionné par Équipe Canada et a reçu une liste d'une quarantaine de joueurs pour qu'il sélectionne son coéquipier.

«J'ai fait des tournois avec lui en soccer de plage et en futbol rapido. Il a aimé comment j'étais. On va se rendre trois ou quatre jours d'avance au Brésil pour s'entraîner sur place et, d'ici là, je m'entraîne ici et il s'entraîne là-bas.»

Le soccer dans la peau

Pour s'entraîner, il va à l'occasion sur les terrains de volleyball de plage au parc Daniel-Johnson, mais il utilise aussi des murs pour se renvoyer la balle. En parallèle, il s'entraîne sur les courts de tennis du Collège Mont-Sacré-Coeur en prévision de la Coupe du monde de soccer tennis, aussi connu sous le nom de fitnet, qui se déroule en novembre en République tchèque. Il a été choisi comme capitaine de l'équipe... qu'il doit former.

Outre le footvolley et le fitnet, Jocelyn Roy pratique le soccer de plage, le soccer intérieur (futsal) qui se joue avec un ballon spécial pour cette discipline, le soccer à sept et le futbol rapido. Ce dernier sport, surtout populaire au Mexique, se joue entre des bandes délimitant le terrain.

Performer

Lorsqu'il a joué dans ce stade sur la plage de Copacabana, seulement 800 personnes pouvaient entrer dans les gradins. Cette fois, ils seront d'une capacité de 12 000 personnes. Il ne doute pas que toutes les places trouveront preneur.

«C'est vraiment spectaculaire comme endroit. Au Brésil, toutes les fois où j'y étais, le stade était comble. Des fois, les matchs commençaient à 10 h le matin et à 6 h le stade était déjà plein. C'est incroyable comme les gens sont partisans. Ça va être le fun.»

Bien qu'il ait hâte de s'envoler pour le Brésil, le 19 août, il s'impose un stress de performance. «Malgré l'expérience qu'on a, c'est toujours un stress de se retrouver devant autant de monde. J'ai la chance d'y aller, alors il ne faut pas que je déçoive et il faut que je performe. Beaucoup de gens auraient aimé se retrouver à ma place. Disons que je me mets de la pression, mais ça fait partie de la game.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer