À 36 ans, le favori Robert s'impose

«J'espère bien m'amuser!», a lancé Stéphane Robert.... (Fournie par Sarah-Jade Champagne)

Agrandir

«J'espère bien m'amuser!», a lancé Stéphane Robert.

Fournie par Sarah-Jade Champagne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Granby) Cinquante-huitième joueur mondial, le Français Stéphane Robert est l'un des joueurs les mieux classés à être débarqué à Granby dans l'histoire du Challenger. Et c'est à 36 ans qu'il connaît ses plus beaux succès en carrière.

«Je suis un spécialiste de terre battue et je joue surtout en Europe, a-t-il dit pour expliquer pourquoi on ne l'a jamais vu chez nous auparavant. En fait, j'arrive du tournoi de la Coupe Rogers à Toronto (où il a perdu au premier tour) et il s'agit de ma première visite à vie au Canada. Je sais, c'est un peu spécial...»

Robert s'est entraîné pendant un bon 90 minutes, dimanche midi. L'homme a de la jasette et est plutôt rigolo.

«Mes compatriotes m'ont souvent parlé de Granby, me disant que c'était un tournoi très sympathique et où les gens adorent le tennis. À première vue, ça semble le cas. Moi, j'explore le monde, j'ai du plaisir partout et j'espère bien m'amuser cette semaine!»

Il y a deux semaines, Robert a atteint les demi-finales de l'important tournoi de Hambourg, en Allemagne.

«Je n'ai pas d'objectifs très précis ici cette semaine. Si je joue bien, si je continue à m'améliorer, les résultats devraient être intéressants. Je suis la première tête de série et j'espère ne pas décevoir le public.»

Dans ses notes biographiques publiées sur le site de l'ATP, Robert se décrit comme un joueur qui aime prendre des risques, qui n'a pas peur, par exemple, de servir une bombe sur une deuxième balle de service.

«C'est un peu moins vrai maintenant. Dans cette entrevue, j'ai aussi dit que j'étais un joueur de style casino. Mais je me suis rendu compte qu'on perd plus souvent qu'on gagne au casino...»

On a hâte de le voir à l'oeuvre.

Peliwo à un gain de se qualifier

Parce qu'il est classé 471e au monde, le Canadien Filip Peliwo n'a pu accéder directement au tableau principal. Et puisqu'il n'a pas reçu de laissez-passer non plus, l'ancien junior numéro un au monde est condamné à se qualifier. Mais voilà qu'il n'est plus qu'à un gain du grand tableau à la suite de la victoire de 6-4 et 6-4 qu'il a remportée dimanche après-midi face au Québécois Washi Gervais.

Le dernier tour des qualifications, tant chez les hommes que chez les femmes, aura lieu lundi. Comme à l'habitude, les activités du tableau principal se mettront aussi en branle lundi.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer