International Bromont : Lucy Deslauriers triomphe à nouveau

Lucy Deslauriers a cumulé les succès lors de... (photo Catherine Trudeau)

Agrandir

Lucy Deslauriers a cumulé les succès lors de la 41e édition de l'International Bromont, elle qui s'est de nouveau hissée dans le cercle des vainqueurs vendredi soir.

photo Catherine Trudeau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Maxime Massé
La Voix de l'Est

(Bromont) Lucy Deslauriers se souviendra longtemps de sa participation à la 41e édition de l'International Bromont. La jeune cavalière américaine aux racines bromontoises a de nouveau raflé les grands honneurs vendredi soir en s'imposant lors de la Classique FEI Assante.

Elle a eu le meilleur sur les neuf cavaliers s'étant qualifié pour le barrage, dont plusieurs qui comptent plusieurs années d'expérience sur la scène internationale, en effectuant le parcours sans fautes le plus rapide. S'élançant au 7e rang aux commandes d'Hester, elle a survolé les sept obstacles en 37,96 secondes.

«J'ai eu la chance de voir plusieurs cavaliers s'élancer avant moi. J'ai notamment regardé de près Ali (Wolff) qui a établi le temps à battre à son premier passage. J'ai constaté à quel point elle était rapide et je savais que je devais tout donner pour espérer l'emporter. C'est tout ce que je pouvais faire et visiblement, ça a bien tourné pour moi», a-t-elle lancé avec le sourire.

Même lorsque son cheval s'est légèrement emporté après le cinquième obstacle, levant vigoureusement la tête à deux reprises, la cavalière de 17 ans a affiché un calme olympien malgré son jeune âge conservant la maîtrise de sa monture jusqu'au dernier saut.

«Hester, c'est un cheval fougueux. Quand je mets la pédale dans le fond lors des barrages, il lui arrive de s'énerver un peu. Je tente alors de demeurer le plus détendue possible afin de le calmer à son tour. Et ça rend le tout beaucoup plus facile pour nous deux», a-t-elle affirmé.

Un grand-père très fier

C'est d'ailleurs nul autre que son grand-père, Roger Deslauriers, le directeur de l'International Bromont, qui lui a remis le ruban réservé au vainqueur devant un public conquis à sa cause. «C'est vraiment très spécial pour moi de gagner ici. La foule m'a encouragé à chaque fois que j'étais en compétition. Je me sens vraiment comme à la maison lorsque je viens à Bromont», a confié Lucy.

M. Deslauriers ne cachait pas sa fierté quelques instants après avoir donné la bise et une bonne accolade à sa petite-fille. «Ça a été sa semaine. Elle monte bien et elle travaille fort. Je suis très heureux de la voir briller ici à Bromont. C'est le fun parce que tu as beau entretenir une passion, ça ne veut pas dire que tes petit-enfants vont la partager. Lucy aime non seulement les sports équestres, mais elle connaît du succès. On est donc doublement récompensés.»

Lucy Deslauriers s'est en effet hissée dans le cercle des vainqueurs à trois reprises depuis le début de l'International Bromont. En incluant la bourse de 9100$ US qu'elle a gagnée vendredi soir, la jeune cavalière a empoché pas moins de 34 000$ US en moins de deux semaines.

Favorite de la foule, elle a bien répondu à la pression en multipliant les bonnes performances. «C'est incroyable. On peut dire que ça a été une édition géniale pour moi. Je ne peux pas être plus heureuse du travail de mes chevaux et je suis très contente d'avoir conclu ma participation sur une bonne note.»

Lucy reprendra effectivement la route pour New York samedi matin. À 17 ans, elle est trop jeune pour concourir lors de l'épreuve de Coupe du monde Longines qui sera présentée dimanche au parc équestre olympique.

Parions que quelques cavaliers lorgnant la victoire doivent secrètement se réjouir de son absence à la lumière des bons résultats qu'elle a obtenus ces derniers jours. «Peut-être que oui, je ne sais pas, a-t-elle indiqué en riant. J'aurais vraiment aimé y participer, mais c'est correct. Je compte bien me reprendre l'année prochaine.»

Une deuxième place crève-coeur

Pendant que Lucy Deslauriers savourait sa victoire, l'Américaine Ali Wolff soupirait un peu malgré sa deuxième place à la Classique FEI Assante. La cavalière originaire de New Albany, en Ohio, pensait bien en avoir assez fait pour l'emporter vendredi soir, mais Lucy Deslauriers l'a finalement devancé par moins de deux secondes lors de la deuxième ronde.

«Je ne peux pas dire que ce n'est pas un peu crève-coeur, mais j'ai performé de mieux en mieux à mesure que la semaine avançait, donc je suis quand même satisfaite. J'ai tout donné lors de mon deuxième passage, mais c'était la journée de Lucy. Elle a simplement fait mieux que moi», a noté l'athlète de 26 ans.

Wolff, qui en est à sa deuxième présence à l'International Bromont, a grimpé quelques fois sur le podium jusqu'ici sans toutefois parvenir à décrocher la victoire. «Je garde espoir que je conserve ma première place pour l'épreuve de la Coupe du monde de dimanche. Peut-être est-ce une bonne chose que je n'ai pas encore gagné puisque je serai encore plus affamée. Nous verrons bien dimanche...», a-t-elle laissé tomber.

Sa compatriote, Leslie Howard, une cavalière très expérimentée, a pris la troisième place vendredi soir. Elle a mené Donna Speciale, une jument de 8 ans, de main de maître, mais ce fut insuffisant pour l'emporter devant ses deux jeunes rivales.

L'International Bromont se poursuivra tout au long du week-end avec la présentation du Grand Prix modifié et de la Coupe par équipe samedi avant de se conclure dimanche avec l'épreuve de qualification de la Coupe du monde. Une bourse globale de 100 000$ sera alors à l'enjeu, dont le tiers sera remis au gagnant.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer