Un oeil sur le championnat

«La journée commence toujours bien quand je sais... (Julie Catudal, La Voix de l'Est)

Agrandir

«La journée commence toujours bien quand je sais que je vais courir en soirée. Et Granby est une bonne ville de stock-car. Les courses, c'est quelque chose d'important ici», mentionne Martin Hébert.

Julie Catudal, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Granby) Martin Hébert court à l'Autodrome depuis une vingtaine d'années. Pas riche, ne misant pas sur de gros commanditaires, il a dû passer son tour quelques fois. Mais la passion des courses a toujours été plus forte que le reste et personne n'a jamais réussi à le tenir loin de la piste très longtemps.

«Pour courir, j'ai souvent rempli ma carte de crédit, avoue-t-il bien candidement. Quand la saison est difficile, c'est choquant, mais quand ça va bien, ça fait moins mal...»

Cette année, justement, les choses vont très bien. À preuve, Hébert domine le classement chez les sportsman, bien que Dany Gagné, qui connait de très bons moments, le chauffe sérieusement. La fin de saison promet.

«Je n'ai jamais gagné de championnat, reprend Hébert. C'est certain que c'est mon objectif, mais je ne veux pas trop stresser avec ça non plus. Quand on se concentre trop sur les résultats, on oublie parfois le plaisir qu'on a à courir. Le championnat, j'ai un oeil dessus, mais pas les deux!»

Vendredi soir, Hébert tentera de mettre la main sur le titre de M. sportsman. Il compte deux victoires depuis le début de la saison à l'Autodrome.

«J'ai une bonne voiture plus souvent qu'autrement, mais il y a souvent des petits trucs que je n'aime pas. Encore cette semaine, il y avait des choses que n'étaient pas à mon goût. Trouver les bons réglages, c'est parfois long.»

Mercredi, Hébert a pris le troisième rang lors de la visite des sportsman de la série DIRTcar. L'Ontarien Shane Pecore l'a alors emporté devant Alex Lajoie.

«Ça a été une belle course. C'est toujours l'fun de se mesurer aux gars de l'extérieur. Ça nous permet aussi d'en apprendre un peu plus sur nous en tant que pilote.»

Encore un bout

À 39 ans, ce père de trois enfants se voient courir pendant encore un bout.

«La journée commence toujours bien quand je sais que je vais courir en soirée. Et Granby est une bonne ville de stock-car. Les courses, c'est quelque chose d'important ici.»

Il a aussi l'impression de devenir un meilleur pilote à chaque année.

«Y'a rien qui bat l'expérience», termine-t-il.

Hommage à Guy Leclerc

Guy Leclerc sera intronisé au Mémorial de la terre battue, vendredi soir. Originaire de Saint-Hyacinthe, celui que l'on surnomme «Yogi» a connu une formidable carrière en Late Model de 1963 jusqu'à 1988.

Il s'est surtout illustré à Drummondville, où il a remporté pas moins de 60 victoires, un sommet en Late Model qu'il partage avec René Clair.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer