International Bromont: Lucy Deslauriers en terrain connu

Lucy Deslauriers et sa monture Hamlet ont remporté... (Maxime Massé, La Voix de l'Est)

Agrandir

Lucy Deslauriers et sa monture Hamlet ont remporté l'épreuve de saut d'obstacles junior-amateur à 1m40 mercredi à l'International Bromont.

Maxime Massé, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Maxime Massé
La Voix de l'Est

(Bromont) Décidément, Lucy Deslauriers se plaît beaucoup dans la ville d'origine de son père: elle a remporté une deuxième compétition en moins de quatre jours à l'International Bromont.

La jeune cavalière de 17 ans a triomphé aux commandes d'Hamlet mercredi lors de l'épreuve de saut d'obstacles junior-amateur à 1m40. Première cavalière à s'élancer sur la piste, elle a été la seule à réussir un parcours sans faute lors du barrage qu'elle a complété en 34,55 secondes.

«Je suis très contente. Mon cheval a été excellent. Il a bien performé lors des deux dernières semaines et je suis heureuse de voir qu'il poursuit sur la même lancée. Non seulement c'est bien de sortir avec la victoire, mais de le faire ici où je me sens comme à la maison, ça rend juste la chose encore plus spéciale», a-t-elle confié.

L'Américaine est en effet la fille de l'ex-Bromontois Mario Deslauriers, qui réside maintenant à New York. Ce dernier a notamment représenté le Canada à deux reprises aux Jeux olympiques, terminant au pied du podium à Los Angeles en 1984 et à Séoul en 1988. Elle est aussi la petite-fille du directeur de l'International Bromont, Roger Deslauriers.

Tradition familiale

Les sports équestres sont une longue tradition familiale chez les Deslauriers. Entraînée dès son enfance par son père, Lucy a commencé à monter à cheval et à effectuer des sauts alors qu'elle était à peine âgée de cinq ans. L'équitation, elle est tombée dedans quand elle était petite.

Mais même si elle est souvent comparée à son père, qui est devenu à 19 ans le plus jeune cavalier de l'histoire à remporter une finale de la Coupe du monde de saut d'obstacles, elle assure qu'elle ne ressent pas plus de pression pour autant.

«On m'en parle depuis longtemps (de l'exploit de mon père), mais je ne peux même pas faire de Coupe du monde pour l'instant puisque je suis trop jeune. Je dois attendre d'avoir 18 ans, alors c'est trop tôt pour m'avancer sur ce terrain-là», lance-t-elle en riant.

«Ce n'est pas de la pression. C'est plus un confort de savoir que mon père et mon grand-père sont dans le milieu depuis très longtemps et que je peux compter sur eux pour me donner des conseils. Mon père, même s'il aimerait probablement me voir suivre ses traces, est très ouvert à ce que je fasse ce qui me plaît avant tout.»

Chose certaine, elle a hérité du talent de son père, comme en témoigne sa victoire lors du Grand Prix Québec Original dimanche dernier, qui lui a permis d'empocher une bourse de 24 750$. Elle sera d'ailleurs aussi en action jeudi dans l'épreuve de sauteur junior-amateur 1m40 et le concours de saut d'obstacles international 1m50 avec ses deux montures Hamlet et Hester.

«J'ai participé à des compétitions dans des classes plus relevées au cours de la dernière année. J'ai plus d'expérience maintenant et je me suis beaucoup améliorée depuis ma dernière présence ici l'été passé. Je compte bien être la plus compétitive possible», a assuré la cavalière, qui rêve de participer un jour aux Jeux olympiques... tout comme son père.

Andrew Kocher s'illustre à nouveau

L'Américain Andrew Kocher est un autre cavalier qui semble très à l'aise sur le parc équestre olympique de Bromont. Après avoir enlevé les honneurs de l'épreuve d'ouverture FEI la semaine dernière, il a récidivé mercredi en remportant l'open de saut d'obstacles 1m40.

Kocher, originaire du New Jersey, a eu le meilleur sur les 14 cavaliers en lice, lui qui s'est imposé lors du barrage en franchissant avec succès tous les obstacles, et en arrêtant le chronomètre à 33,39 secondes. Il a devancé ses deux compatriotes, Andrew Ramsay et Peter Leone, par moins de trois secondes.

«J'adore le manège ici, il est superbe. C'est la première fois que je viens au Canada et à l'International Bromont et le moins qu'on puisse dire, c'est que ça se déroule bien pour moi jusqu'ici. Je vais aussi prendre part à l'épreuve de Coupe du monde dimanche et j'espère vraiment l'emporter à nouveau», a-t-il affirmé du haut de sa monture.

La deuxième semaine d'activités de la 41e édition de l'International Bromont se poursuivra jeudi et culminera dimanche avec la présentation de la qualification pour la Coupe du monde sanctionnée par la Fédération équestre internationale.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer