Une 51e Finale à saveur olympique

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Cynthia Laflamme
La Voix de l'Est

(Montréal) Sa paie, c'est quand elle voit les jeunes repartir à la maison les yeux brillants d'avoir vécu la Finale des Jeux du Québec. D'autant plus que la 51e édition revêtait un caractère très spécial. La chef de délégation de Richelieu-Yamaska, Diane Gosselin, raconte avec bonheur à quel point les jeunes ont vécu quelque chose de particulier en marchant dans les pas des athlètes qui, il y a quarante ans, étaient à Montréal pour les Jeux olympiques.

«Les cérémonies de clôture sont toujours un peu plus émotives, plus délinquantes. Il y a moins de stress. C'est spécial une cérémonie de clôture. On nous promet quelque chose de bien. Fouler le terrain du stade, pour les jeunes, c'est quelque chose. Quarante ans plus tard, on se retrouve où des athlètes olympiques ont marché, c'est spécial.»

Pour la première fois, les athlètes des deux blocs de compétition se sont croisés le 21 juillet, à l'occasion d'une cérémonie spéciale pour souligner le quarantième anniversaire des Jeux olympiques de 1976.

«C'est du jamais vu! C'est une gestion incroyable. C'est gros, les Jeux, on n'a pas idée. J'admire le comité organisateur qui savait se revirer sur un 10 cents pour régler les petits problèmes.»

Les 189 athlètes de la délégation, les 50 entraîneurs, et les 12 membres de l'équipe de mission de Richelieu-Yamaska étaient réunis lors de cette cérémonie. Puis, les jeunes du premier bloc sont repartis, les yeux remplis de fierté et de souvenirs.

De fierté puisque, même si plusieurs n'ont pas remporté de médaille, ils ont contribué au pointage de leur région. C'est ce pointage qui définit le classement. Chacun peut alors y contribuer en donnant son maximum, motivé par cet objectif.

Mme Gosselin n'avait pas d'attentes particulières relativement aux performances de sa délégation, le roulement dans l'équipe avec le départ des plus vieux et l'arrivée des plus jeunes comportant son lot d'incertitudes.

Toutefois, l'équipe de mission a pu compter sur le talent de quelques athlètes qui avaient déjà fait leurs preuves durant une finale précédente des Jeux du Québec et avaient vécu la pression qui vient avec. C'est le cas de Cédrik Brunelle qui a remporté quatre médailles d'or durant le premier bloc. La quatrième était moins sûre dans les pronostics, mais il a surpris grâce à son talent et sa personnalité.

Le golf a aussi fait connaître le frère et la soeur Denicourt, Mathilde avec l'argent et Jean-Philippe avec le bronze, retient la chef de délégation.

Celle-ci tenait par ailleurs à remercier et féliciter les bénévoles de l'équipe de mission qui ont pris des vacances pour pouvoir tout organiser autour de leur équipe. «J'ai une équipe en or.»

Partager

À lire aussi

  • Le miracle du 2e bloc aux Jeux du Québec

    Sports

    Le miracle du 2e bloc aux Jeux du Québec

    Un revirement inespéré a amené la délégation estrienne à surpasser ses attentes. Après une récolte de sept médailles au terme du premier bloc,... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer