«Nous étions tellement fiers!»

Des milliers de spectateurs ont assisté aux compétitions... (Alain Dion, archives La Voix de l'Est)

Agrandir

Des milliers de spectateurs ont assisté aux compétitions équestres à Bromont.

Alain Dion, archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Bromont) Il y a 40 ans débutaient les Jeux olympiques de Montréal. Mais les Jeux de Montréal ont aussi été ceux de Bromont, alors que toutes les compétitions équestres ont eu lieu chez nous. Retour sur le plus grand événement sportif à avoir eu lieu dans la région.

«Bromont est une ville internationale et tout a... (Archives La Voix de l'Est) - image 1.0

Agrandir

«Bromont est une ville internationale et tout a commencé avec les Jeux olympiques», affirme Roger Deslauriers.

Archives La Voix de l'Est

Bromont s'est vue octroyer la présentation des compétitions équestres des Jeux olympiques de Montréal en mai 1974. Le processus a été long et il a été rempli d'embuches.

«Après que le Comité international olympique ait accordé les Jeux de 1976 à Montréal, nous, les amants de chevaux de Bromont, avons manifesté notre intérêt d'accueillir les compétitions équestres chez nous à Roland Désourdy, fondateur de la ville et alors maire de Cowansville, se souvient Roger Deslauriers. Il faut savoir que M. Désourdy (décédé en 2011) avait accompagné le maire Drapeau dans toutes les démarches visant à obtenir les Jeux et qu'il était très influent. Il adorait les chevaux et il a travaillé très fort dans le dossier...»

La ville de Saint-Lazare, située à l'ouest de Montréal, désirait aussi recevoir les compétitions équestres. Mais c'est Bromont qui a eu le dernier mot.

«On a gagné parce que nous adorions les chevaux, parce que nous étions passionnés et parce que nous avions de belles maquettes, reprend Deslauriers. Car en matière d'installations, nous n'avions rien. C'est pas compliqué, tout était à faire. Mais nous étions déterminés à travailler fort. Et nous l'avons fait!»

En 1975, Bromont a présenté les «pré-olympiques», une compétition qualificative. Deslauriers était alors monté à cheval et avait participé à l'événement.

«En juillet 1976, lorsque le monde s'est amené chez nous et que les compétitions ont commencé, nous étions tellement fiers. Nous avions travaillé tellement fort, si vous saviez. Et nous avions eu des doutes aussi. Mais on a remporté notre pari!»

Originaire de Napierville, Deslauriers s'est installé à Bromont en 1970. Il était responsable des compétitions lors des Jeux.

Sur la carte

Les yeux de Roger Deslauriers brillent lorsqu'il est question des compétitions équestres tenues à Bromont en 1976 dans le cadre des Jeux olympiques.

«Les Jeux ont mis Bromont sur la carte, lance-t-il, sur un ton convaincu. Bromont n'est pas une ville d'un million d'habitants, mais c'est une ville internationale et tout a commencé avec les Jeux olympiques.»

Quand il revit les Jeux, Deslauriers revoit le concours complet, qui avait attiré 50 000 personnes. L'image est très forte dans sa tête.

«Cinquante mille personnes à Bromont, vous imaginez! C'était incroyable!»

L'héritage des Jeux demeure important, selon lui.

«Si nous n'avions pas eu les compétitions équestres des Jeux de 1976, il n'y aurait pas eu d'International Bromont par la suite. Bromont a aussi stimulé la carrière de nombreux cavaliers, des athlètes comme Mario (Deslauriers, son fils), qui avait 10 ou 11 ans lorsqu'il a vu Michel Vaillancourt remporter la médaille d'argent, sur Branch County, en saut individuel. Les Jeux olympiques ont été très bons pour nous.»

Bien sûr, ça a coûté des sous. Selon les archives, il en a coûté plus de quatre millions$ pour construire les installations de Bromont.

«Il faut voir plus loin que ça, insiste Deslauriers. L'aréna de Bromont a été construit pour accueillir les athlètes en visite chez nous et, encore aujourd'hui, il y a des milliers de petits joueurs de hockey qui l'utilisent à chaque hiver. Est-ce que nous aurions eu un aréna, n'eût été des Jeux? Probablement pas.»

Une image forte des compétitions équestres des Jeux... (Archives La Voix de l'Est) - image 2.0

Agrandir

Une image forte des compétitions équestres des Jeux olympiques de 1976 à Bromont : la princesse Anne qui chute de façon spectaculaire au beau milieu du parcours.

Archives La Voix de l'Est

Des moments mémorables

La tenue des compétitions équestres des Jeux olympiques de 1976 à Bromont a donné lieu à des moments mémorables.

La photo a fait le tour du monde: la princesse Anne du Royaume-Uni, inscrite au concours complet, qui chute de façon spectaculaire au beau milieu du parcours. Courageuse, la fille d'Elizabeth II, qui était sur place, est remontée sur son cheval et a complété son épreuve...

Bien sûr, la conquête de la médaille d'argent par Michel Vaillancourt demeure le moment fort de l'événement. Le Québécois est passé à l'histoire en devenant rien de moins que le premier cavalier canadien à remporter une médaille olympique en individuel.

La présence de quelques grands de ce monde à Bromont n'est pas passée inaperçue non plus. Qu'on pense au prince Tsunekazu Takeda, du Japon, au chevalier Henry de Menten de Horne, de Belgique, aux acteurs américains Charles Bronson, Paul Newman et Telly Savalas ainsi qu'aux membres de la famille royale britannique au grand complet.

Plus de 1000 personnes ont travaillé à l'organisation des compétitions des sports équestres des Jeux de Montréal à Bromont.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer