Les Cosmos U-15 AAA en milieu de peloton

En date de mardi, les Cosmos U-15 AAA... (tirée de Facebook)

Agrandir

En date de mardi, les Cosmos U-15 AAA de Granby occupaient le septième rang de la Ligue de soccer élite du Québec.

tirée de Facebook

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jonathan Gagnon
La Voix de l'Est

Les filles des Cosmos U-15 AAA ont connu une première moitié de saison mitigée au sein de la Ligue de soccer élite du Québec. Présentant une fiche de 5 victoires, 5 défaites et autant de verdicts nuls, les Granbyennes occupent le septième rang, en milieu de classement.

Un rendement quelque peu décevant considérant que la majorité de l'équipe qui avait terminé troisième en classe U-14 l'été dernier est de retour.

«C'est en deçà des attentes qu'on avait avant le début de la saison», reconnaît Anne-Marie Lapalme, qui dirige la seule formation de Granby évoluant au plus haut niveau du soccer québécois.

«En même temps, la ligue s'est beaucoup resserrée. (...) Lakeshore est au-dessus du lot, mais sinon tout le monde peut compétitionner avec tout le monde. Ça rend le tout assez intéressant.»

Les Cosmos ont connu un début de calendrier particulièrement difficile, remportant une seule de leurs 10 premières parties. L'entraîneure Lapalme a souvent dû composer avec des effectifs diminués, que ce soit en raison de blessures ou de l'implication de trois joueuses (Coralie Fortier, Mara Bouchard et Stéphanie Angers) avec l'équipe du Québec.

«La défenseure Maude Brodeur a raté sept ou huit parties, évoque notamment la membre du Panthéon du soccer granbyen. On a dû faire appel à plusieurs réservistes et il y a des matchs où on n'avait pas beaucoup de remplaçantes sur le banc.»

Fortier mène la charge

Évoluant surtout en formation 4-5-1, les Granbyennes dominent généralement la possession du ballon. Une maîtrise qui ne donne pas toujours les résultats escomptés.

«Il y a des équipes qui jouent un style plus direct avec des longs ballons et ça nous cause parfois des problèmes, a observé Anne-Marie Lapalme. On accorde aussi beaucoup plus de buts que l'année passée. On s'est donné comme objectif de resserrer notre jeu défensif.»

En revanche, l'offensive ne semble pas poser problème.

Si l'excellente Cassandra Provost évolue maintenant pour Saint-Hubert, Coralie Fortier a brillamment repris le flambeau à la pointe de l'attaque. Elle a déjà trouvé le fond du filet à 16 reprises, soit plus d'une fois par rencontre.

«Coralie se démarque bien, mais elle reçoit également de très bons ballons. Ce n'est pas que des efforts individuels dans son cas», précise son entraîneure.

Affichant une importante progression, Juliette Côté-Goulet a également inscrit neuf buts. Elodia Robidoux joue pour sa part un rôle-clé en défense centrale.

Éviter la relégation

Avec 11 matchs à disputer, les Granbyennes devront tout faire pour éviter les quatre dernières places du classement. Les deux derniers clubs seront automatiquement relégués au niveau AA, tandis que les positions 11 et 12 prendront part à un match de barrage décisif.

«C'est sûr qu'on ne veut pas se rendre là, indique Anne-Marie Lapalme. De rester dans le milieu du classement, ce serait déjà bien. Mais je pense qu'on mérite mieux que ça de la façon qu'on joue.»

Signe encourageant, les Cosmos ont gagné leurs deux derniers matchs. Elles ont notamment battu les Rivières du Québec 3-1 dimanche dernier.

Heureuse pour le Portugal

Anne-Marie Lapalme se réjouit du triomphe du Portugal, dimanche en finale de l'Euro 2016.

«J'ai fait un voyage là-bas lorsque j'étais avec l'équipe canadienne et depuis, c'est un peu devenu "mon équipe"», explique-t-elle.

S'ils n'ont pas été particulièrement impressionnants tout au long du tournoi, la Granbyenne souligne que les Portugais ont su prouver qu'ils ne dépendaient pas uniquement de la superstar Cristiano Ronaldo.

«Ça aurait été bien de voir la France gagner à domicile. Ils le méritaient probablement plus, ils ont eu plusieurs occasions. Mais ça montre bien qu'un match de soccer, ça tient à pas grand-chose.»

Anne-Marie Lapalme a également suivi avec attention le parcours de rêve de l'Islande. «C'était impressionnant de voir une si petite nation jouer aussi bien. Le Canada n'est même pas dans le top-50 (mondial)...»

Elle estime en revanche que les Espagnols, champions du monde en titre, ont été forts décevants.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer