Lapierre: «Milos est là pour gagner»

Selon Eugène Lapierre, Milos Raonic est devenu un... (Archives, La Voix de l'Est)

Agrandir

Selon Eugène Lapierre, Milos Raonic est devenu un joueur beaucoup plus complet

Archives, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Granby) La finale de Wimbledon opposera deux enfants du Challenger de Granby. Milos Raonic s'est arrêté chez nous plus d'une fois avant d'atteindre la grande finale en 2010 alors qu'Andy Murray, lui, s'était retrouvé en quarts de finale lors de sa seule participation au tournoi, en 2005.

«Nous, on le sait que les stars de demain passent par Granby! , a lancé Eugène Lapierre, directeur du tournoi et grand patron de la Coupe Rogers à Montréal. À chaque fois qu'un ancien de Granby s'illustre sur une grande scène, ça augmente encore un peu plus la crédibilité de l'événement.»

Et le timing est particulièrement bon: à quelques semaines du début de la 21e édition du tournoi, il y a des billets à vendre.

Selon Lapierre, Raonic a autant de chances que Murray d'être couronné à Londres.

«Milos est très confiant et il joue très bien. Même si renverser Roger Federer, c'est énorme, on a vu dans sa réaction qu'il ne s'agissait que d'une autre étape pour lui. Il est à Wimbledon pour gagner, pour tout gagner, et ça se voit dans ses yeux.»

Un joueur différent

Toujours selon Lapierre, Raonic est un joueur bien différent d'il y a un an.

 «Il n'y a pas si longtemps, Milos était d'abord et avant tout un joueur au gros service. Aujourd'hui, il est beaucoup plus complet. Il sert toujours aussi fort, son coup droit est redoutable, il ne craint pas de monter au filet et avec sa stature, il est carrément intimidant. Il peut maintenant venir à bout de n'importe qui... y compris Andy Murray.»

N'empêche que Murray a disposé de Raonic trois fois dans la dernière année seulement. Notamment en demi-finale des Internationaux d'Australie, au mois de janvier, et en finale du tournoi de Queen's, il y a quelques semaines.

«Justement, Milos est dû. Et sincèrement, il n'a jamais joué du tennis aussi solide. Personnellement, j'ai confiance.»

Imaginez l'impact qu'aurait une victoire de Raonic à Wimbledon sur le tennis canadien!

«Il ne faut pas vendre la peau de l'ours avant de l'avoir tué, mais c'est clair que ce serait extraordinaire!», a terminé Lapierre.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer