Hébert: de l'ombre à la lumière

Le vrai David Hébert est réapparu. «Les dernières... (Catherine Trudeau)

Agrandir

Le vrai David Hébert est réapparu. «Les dernières semaines n'ont pas été faciles et cette victoire représente une bonne nouvelle», a-t-il affirmé.

Catherine Trudeau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Granby) Avant le programme de vendredi soir, David Hébert occupait le 13e rang du classement des pilotes en modifié à l'Autodrome Granby, une position totalement inhabituelle pour lui.

Mais voilà, le pilote de Saint-Damase est passé de l'ombre à la lumière lorsqu'il a remporté la finale de 50 tours présentée à l'occasion d'une soirée parfaite pour le stock-car. Et les amateurs ont bien répondu puisqu'ils étaient plus de 3500 dans les gradins.

Parti quatrième, Hébert a pris les devants au 23e tour d'une finale de 50 et il n'a jamais regardé derrière lui par la suite. Le vrai David Hébert est réapparu vendredi.

Hébert a devancé François Bernier, Kayle Robidoux, Steve Bernier et Mathieu Desjardins, qui était parti premier et qui est demeuré en tête jusqu'à ce que le pilote du ONE ne le double. On a eu droit à une finale sans histoire, avec à peine deux petits drapeaux jaunes.

«Ça fait du bien, c'est clair, a expliqué Hébert. Les dernières semaines n'ont pas été faciles ni en piste ni à l'extérieur avec toutes ces histoires de moteurs et cette victoire représente une bonne nouvelle à travers tout ça.»

Au cours de la dernière semaine, les mécaniciens d'Hébert ont travaillé fort sur le moteur Chevrolet de la voiture du champion en titre des modifiés.

«En fait, on a remis notre plus petit moteur. À cause de la puissance des Dodge, il faut redoubler d'efforts cette année. Mais c'est pas grave, on va battre les Dodge pareil!»

En même temps, Hébert a avoué qu'il avait hâte de parler d'autre chose.

«Je sais de source sûre que DIRTcar n'augmentera pas le poids actuel des voitures de (Steve) Bernier et de Robidoux. Honnêtement, je reste très amer par rapport à cette histoire. Mais on va faire avec la situation, ça a l'air qu'on n'aura pas le choix.»

Plus loin, François Bernier semblait très satisfait de sa deuxième place.

«Moi, en autant que je termine mes courses et que je n'abîme pas ma voiture, je suis content!, a dit celui qui était parti 12e. Cette semaine, la voiture était vraiment parfaite. On roule avec de nouveaux amortisseurs et ils répondaient très bien sur cette piste sèche. Oui, je suis très content.»

Bernier a lui aussi hâte de ne plus entendre parler du dossier des moteurs. Il faut dire qu'il est dans une position particulière. Son moteur est un Chevrolet, mais son frère Steve, dont il est très proche, roule avec du Dodge.

«Je ne crois pas à la supposée supériorité des Dodge. Là, ça fait deux semaines que les Chevrolet gagnent. À mon avis, on fait une grosse histoire avec pas grand-chose.»

Adam demeure M. prostock

François Adam a conservé son titre de M. prostock, lui qui a eu raison de son grand rival Jocelyn Roy lors de la finale de 50 tours.

«Je suis parti 12e et j'ai travaillé très fort, très dur, a-t-il mentionné. Se battre avec Jocelyn, c'est toujours l'fun. Mais je voulais absolument gagner, je voulais demeurer M. prostock.»

Adam a eu moins de veine chez les sportsman, la classe qu'il privilégie cette année, alors qu'il a dû abandonner à mi-chemin de la finale de 30 tours. La victoire est allée à Martin Pelletier, sa troisième de la saison.

Francis Méthot l'a enfin emporté chez les speed STR de la série Revstar.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer