Environ 400 000 personnes au défilé des Penguins

Sidney Crosby soulève fièrement la Coupe Stanley devant... (Associated Press)

Agrandir

Sidney Crosby soulève fièrement la Coupe Stanley devant une foule de partisans à Pittsburgh.

Associated Press

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Associated Press
Pittsburgh

Les Penguins de Pittsburgh ont transformé ce qui s'annonçait comme une saison décevante, marquée par le congédiement d'un entraîneur, en conquête d'une quatrième coupe Stanley, et c'est ce qui a rendu les célébrations de mercredi d'autant plus agréables dans les rues de la ville.

Les amateurs se sont entassés le long des rues alors que les joueurs, les entraîneurs, les membres du personnel et leurs familles paradaient dans des camionnettes, des convertibles et des véhicules amphibiens.

«Nous étions lents à un moment donné, mais nous étions très rapides au fil d'arrivée», a déclaré le directeur général Jim Rutherford devant la foule au terme du défilé, qui a attiré environ 400 000 personnes.

Lors de leur dernière conquête, en 2009, 375 000 amateurs s'étaient déplacés dans les rues du centre-ville.

«J'ai appris une chose, et c'est que nous sommes dans une incroyable ville de sports, a lancé l'entraîneur Mike Sullivan, embauché pour remplacer Mike Johnston lorsque l'équipe était très loin d'une place en séries au mois de décembre.

12 heures à l'avance

Quelques amateurs sont arrivés 12 heures en avance pour la parade prévue à 11h30, malgré la pluie qui est tombée au cours de la nuit. Le ciel s'est toutefois dégagé alors que les partisans ont lancé des rubans et des confettis à partir des fenêtres des bureaux et des stationnements intérieurs.

Les jumeaux Pat et Joe Stevens, 19 ans, ont conduit pendant 10 heures à partir de la ville d'origine de Phil Kessel - Madison, au Wisconsin - pour célébrer avec leur joueur favori.

Kessel s'est joint aux Penguins au cours de la saison morte dans une transaction avec les Maple Leafs de Toronto, où les partisans le pointaient souvent du doigt dans une ville qui n'a pas savouré une coupe Stanley depuis 1967 - l'année où les Penguins ont fait leur entrée dans la Ligue.

«J'étais un amateur avant et je le suis encore plus, a déclaré Pat Stevens. J'ai toujours pensé qu'il avait beaucoup de talent, mais qu'il n'avait personne pour l'entourer.»

Zachary Sheler a travaillé jusqu'à 22h mardi, à Johnstown, avant de conduire jusqu'à Pittsburgh pour se dénicher un bon endroit où regarder le défilé. Il tenait une réplique en plastique de la coupe Stanley faite de chaudières collées l'une à l'autre.

«Je voulais seulement voir les Penguins ramener le trophée», a déclaré le jeune homme de 18 ans.

200$ pour une place de stationnement

Allie Hosinski, une étudiante de 21 ans de l'Université de Pittsburgh, a culturellement adopté les deux vedettes suédoises de l'équipe, Patric Hornqvist et Carl Hagelin. Elle a étudié leur langue pendant trois ans et se rendra à Stockholm, le mois prochain.

Elle portait un casque de Viking et tenait une affiche pour les féliciter dans leur propre langue.

Harry et Lisa Mosser, 59 ans, étaient des partisans des Penguins avant même de se marier en 1979 et ont utilisé la somme donnée en cadeau de mariage pour s'acheter des billets de saison. Ils savaient que ce serait impossible de trouver une place de stationnement donc ils ont passé la nuit dans un hôtel non loin de là pour s'assurer de pouvoir assister à l'évènement.

«J'ai payé 200$ pour une place de stationnement, c'est comme ça que je le vois, a dit Lisa Mosser. Nous allons tous les deux avoir 60 ans cette année et nous ne savons pas combien de parades nous allons voir.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer