Dopage: Marlon Byrd suspendu pour 162 matchs

Marlon Byrd a subi un test qui a... (Archives Associated Press)

Agrandir

Marlon Byrd a subi un test qui a révélé la présence d'Ipamorelin, une hormone de croissance qui libère des peptides.

Archives Associated Press

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Associated Press

Le voltigeur des Indians de Cleveland Marlon Byrd a été suspendu pour 162 matchs - soit une saison régulière en entier - après avoir échoué un deuxième test antidopage, mercredi.

Byrd a subi un test qui a révélé la présence d'Ipamorelin, une hormone de croissance qui libère des peptides.

Byrd en est à sa deuxième offense en lien au programme de lutte au dopage du baseball majeur.

Il a écopé de 50 matchs de suspension en 2012, après avoir été libéré par les Red Sox de Boston. Cette fois il s'agissait du Tamoxifen, utilisé par les culturistes, mais aussi pour traiter le cancer du sein.

En 2014, les grandes ligues ont fait passer de 100 matches à une saison complète la sanction pour une deuxième condamnation.

Byrd a ramassé ses affaires tard mardi, après un revers contre les Rangers, mais il n'a informé les Indians de sa suspension que mercredi matin, en appelant le gérant Terry Francona. Plus tard dans la journée, il s'est adressé à l'équipe dans le vestiaire.

« Marlon s'est levé devant tout le monde, il a pris le blâme et il s'est excusé, a dit Francona. À peu de choses près, il a dit aux gars que sa carrière est terminée, mais qu'il ne voulait pas que ça finisse comme ça. Il va probablement être blâmé de tout bord tout côté, mais il reste que nous avons de l'empathie pour lui. Le club est important, mais les individus qui le forment le sont aussi. Alors ça fait mal. Ça donne un peu l'impression de recevoir un coup de pied dans le ventre. »

Le vétéran de 38 ans a signé un contrat d'un million $ pour un an en mars. Byrd a frappé pour ,270 en 34 matches avec Cleveland, obtenant cinq longues balles et 19 points produits.

« Le seul responable»

Par voie de communiqué, Byrd a dit qu'il ne comptait pas utiliser un produit interdit et qu'après sa suspension de 2012, il a consulté un professionnel de la santé pour des conseils sur ce qu'il pouvait consommer.

Byrd ajoute s'être rendu compte que certains de ses suppléments n'étaient pas approuvés, soupçonnant ensuite en avoir pris un qui avait une substance prohibée.

« Je suis le seul responsable de ce qui entre dans mon système, et j'ai donc décidé de laisser tomber la possibilité d'aller en appel. J'accepte la suspension. Je m'excuse pour tout tort causé aux Indians de Cleveland, aux partisans, à mes coéquipiers et, le plus important, à ma famille. »

Le lanceur Francisco Rodriguez... (Archives Associated Press) - image 2.0

Agrandir

Le lanceur Francisco Rodriguez

Archives Associated Press

Francisco Rodriguez a contracté le virus Zika

Le spécialiste des fins de match des Tigers de Detroit, Francisco Rodriguez, a déclaré qu'il avait contracté le virus Zika pendant la saison morte dans son pays natal, le Venezuela, et il a conseillé aux athlètes qui participeront aux Jeux olympiques de s'informer sur le sujet avant de se rendre à Rio de Janeiro.

Le Zika est un virus qui se transmet par la piqûre d'un moustique et qui peut entraîner d'importantes malformations congénitales et des problèmes neurologiques chez les adultes.

Rodriguez a indiqué qu'il avait été alité pendant environ deux semaines avec d'importants maux de tête, des courbatures, des douleurs aux articulations et d'autres symptômes. Il avait l'impression d'avoir attrapé un bon rhume, mais les symptômes se sont aggravés, et en conséquence il s'est soumis à un test de dépistage sanguin et a appris qu'il s'agissait du Zika. Il lui a fallu près de deux mois pour reprendre ses activités normales.

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a rejeté la semaine dernière la suggestion de 150 spécialistes de la santé qui ont demandé qu'on songe à retarder ou à déplacer les Jeux olympiques à cause du virus Zika, qui est en pleine expansion au Brésil.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer