Radwanska et Halep flanchent entre deux averses

« Je suis très surprise et en colère qu'on... (Associated Press)

Agrandir

« Je suis très surprise et en colère qu'on ait dû jouer sous la pluie. Ce n'est pourtant pas un tournoi de niveau inférieur. C'est un Grand Chelem. Comment pouvez-vous permettre de jouer sous la pluie? », a questionné Agnieszka Radwanska.

Associated Press

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Howard Fendrich
Associated Press
Paris

Oui, il a finalement été possible de terminer un match en cette semaine très pluvieuse aux Internationaux de tennis de France. Même deux. Et ils ont donné lieu à des surprises : deux des principales têtes d'affiche de la quinzaine - Agnieszka Radwanska, no 2, et Simona Halep, no 6 - ont subi l'élimination à quelques minutes d'intervalle.

Après leurs amères défaites, Radwanska et Halep se sont plaintes avec fermeté de la décision des organisateurs du tournoi de les avoir fait jouer malgré la bruine - et pire - sur des courts glissants et avec des balles alourdies.

« Je suis très surprise et en colère qu'on ait dû jouer sous la pluie. Ce n'est pourtant pas un tournoi de niveau inférieur. C'est un Grand Chelem. Comment pouvez-vous permettre de jouer sous la pluie? », a questionné Radwanska, finaliste à Wimbledon en 2012.

« Je ne pense pas qu'ils accordent beaucoup d'importance à ce que l'on pense. Ils s'occupent d'autres choses, j'imagine. Je suis juste énervée. Je ne peux pas jouer comme ça, je ne suis pas en assez bonne santé pour ça », a-t-elle précisé, ajoutant qu'elle avait connu des difficultés à tenir sa raquette avec sa main droite opérée il y a quelques années.

Halep a abondé dans le même sens, soulignant qu'il était « impossible de jouer », et disant encore : « À mon avis, personne ne se soucie des joueuses. Ce n'est pas d'avoir perdu le match aujourd'hui, mais je me suis presque blessée au dos. »

Radwanska a perdu 10 jeux consécutifs et a reçu des soins pour un problème à l'avant-bras droit avant de s'avouer vaincue 2-6, 6-3, 6-3 aux mains de la Bulgare Tsvetana Pironkova, 102e joueuse mondiale, dans un match de quatrième tour.

Peu avant, Halep a subi la loi de Samantha Stosur, no 21, 7-6 (0), 6-3 lors d'un face-à-face entre deux anciennes finalistes à Roland-Garros.

Hélas ! Des 12 matchs de simple programmés mardi, ces deux-là ont été les seuls à être complétés. Quatre matchs du quatrième tour du tableau messieurs - dont celui de Novak Djokovic, no 1, contre Roberto Bautista Agut, no14 - ont été interrompus en cours de route. 

Les quatre du tableau dames - dont ceux impliquant les soeurs Williams - n'ont jamais commencé, tout comme les deux quarts de finale chez les hommes.

Interruptions

Le match Radwanska c. Pironkova s'était amorcé dimanche quand la Polonaise a enlevé le premier set et a pris les devants 3-0 dans le second, à trois jeux de la victoire, quand la partie a été suspendue en raison de la pluie. Elles n'ont jamais mis les pieds sur le court lundi, quand de fortes averses ont entraîné l'annulation de tous les matchs à Paris pour la première fois en 16 ans.

C'était à peine mieux mardi quand elles ont repris le jeu plus d'une heure plus tard que prévu en raison de la pluie. Elles ont joué pendant environ une demi-heure, puis le match a été interrompu pendant deux heures et demie avant de reprendre de nouveau.

Dans les circonstances, avec des balles plus lourdes et plus lentes qu'à l'habitude pendant que l'action se poursuivait malgré la bruine occasionnelle, Radwanska a cédé les 10 premiers jeux qu'elles ont joués mardi et elle ne s'en est jamais remise.

Stosur (photo) a été mieux servie par son... (Associated Press) - image 3.0

Agrandir

Stosur (photo) a été mieux servie par son jeu en puissance dans ces conditions difficiles que les balles à effet et en angle de Halep.

Associated Press

Stosur avantagée

La confrontation Stosur-Halep avait également été interrompue, dimanche, au premier set. Et Stosur, la championne 2011 des Internationaux des États-Unis - portant un chandail vert à manches longues alors que la température indiquait seulement 15 degrés Celsius - a été mieux servie par son jeu en puissance dans ces conditions que les balles à effet et en angle de Halep.

« Évidemment, c'était vraiment difficile, avec les interruptions, un journée d'inactivité et tout le reste, a commenté Stosur, qui s'était inclinée face à Francesca Schiavone en finale à Roland-Garros en 2010. Une fois sur le court et qu'il pleut, ce n'est pas très agréable, mais c'est comme ça. »

Elle atteint les quarts de finale à Paris pour la quatrième fois.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer