Alex Burrows renoue avec ses premières amours

La Voix de l'Est a rencontré Alex Burrows... (Julie Catudal, La Voix de l'Est)

Agrandir

La Voix de l'Est a rencontré Alex Burrows entre deux parties de hockey-balle, samedi après-midi.

Julie Catudal, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Granby) Les astres étant bien alignés pour lui, Alex Burrows s'est fait un immense plaisir en renouant avec le hockey-balle lors du tournoi portant son nom et présenté ce week-end à Granby.

«Je ne suis pas encore au pic de mon entrainement estival, donc je pouvais me permettre de venir jouer», explique l'ailier droit des Canucks de Vancouver que La Voix de l'Est arencontré entre deux parties, samedi.

Et pour le hockeyeur de 35 ans, pas question de mettre le pied sur le frein. Il donne son 110% à chaque présence sur la surface. «Je suis un grand compétiteur et je n'aime pas ça, perdre, mais pas du tout, s'exclame Burrows. Je me donne comme je peux.»

Alex Burrows, qui s'alignait avec le RedLite 2 de Montréal, a attiré les foules. Les estrades étaient remplies à craquer, les gens s'entassaient comme des sardines sur le bord des bandes pour le voir évoluer... et il l'a bien rendu au public: il multiplie les feintes, contrôle le jeu parfaitement, enchaîne les passes parfaites. À un moment, il a même perdu son bâton et s'est mis à jouer avec ses pieds.

Pour des raisons contractuelles, Alex Burrows avait mis sa carrière de hockey-balle en veilleuse en 2007 afin d'éviter les blessures, lui qui connaissait pourtant beaucoup de succès dans cette discipline. Il a été intronisé au Temple de la renommée de l'Association canadienne de hockey-balle.

«J'ai joué de nombreuses années où j'ai connu beaucoup de succès avec le RedLite, c'était exceptionnel, raconte-t-il. Lorsque le hockey sur glace a commencé à prendre une place prédominante dans ma vie, j'ai dû arrêter de jouer.»

Depuis la création du tournoi en 2011, les amis d'Alex Burrows chez le RedLite ont tenté de le convaincre de reprendre du service, sans succès... jusqu'à cette année.

«Ils avaient un peu perdu espoir, je crois, et ils étaient pas mal contents lorsque je leur ai annoncé ma participation», glisse le natif de Pincourt avec un sourire.

Ce week-end, l'équipe de Burrows a plutôt bien fait, avec une fiche de six victoires et deux défaites. Toutefois, la finale leur a échappé face au Pile ou Face de Granby, dans une défaite de 6-2.

Popularité grandissante

La popularité grandissante du hockey-balle ravit Alex Burrows, qui l'explique par le faible coût pour jouer et la culture québécoise.

«Au Québec, le hockey, on a ça dans le sang. Chaque année, le calibre s'améliore et c'est beau à voir», se réjouit-il.

Mais le summum pour lui est que le tournoi portant son nom connaisse autant de succès.

«C'est incroyable de voir autant de personnes réunies pour du hockey-balle. Deux cent vingt équipes, c'est pas rien, souligne Burrows. Et les organisateurs font très bien ça, c'est convivial, l'ambiance est parfaite.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer