Oui, Robidoux est sérieux!

Après avoir triomphé une semaine auparavant, Steve Bernier... (Julie Catudal, La Voix de l'Est)

Agrandir

Après avoir triomphé une semaine auparavant, Steve Bernier a terminé troisième lors du second programme de la saison présenté à l'Autodrome.

Julie Catudal, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Granby) Dans l'édition de vendredi matin de La Voix de l'Est, on se demandait si le «vrai» Kayle Robidoux était de retour. Quelques heures plus tard, on a eu la réponse.

Robidoux a remporté de façon impressionnante la finale de 50 tours chez les modifiés à l'Autodrome Granby. Parti troisième, il a pris la tête au 14e passage et il a ensuite résisté aux assauts de ses adversaires jusqu'à la toute fin.

On a eu droit à une belle finale, ponctuée de seulement deux drapeaux jaunes, à l'occasion du 30e Championnat de l'Estrie. La piste était en parfait état et ça roulait à un train d'enfer. Les quelque 2000 spectateurs - ceux que le temps incertain n'a pas réussi à arrêter - ont apprécié le spectacle.

Robidoux, de Saint-Constant, a devancé François et Steve Bernier. C'est la première fois que les frères Bernier se retrouvent ensemble sur le podium en modifié. Alain Boisvert et David Hébert ont complété le top 5.

«Les choses vont bien, a expliqué Robidoux, qui avait terminé deuxième derrière Steve Bernier une semaine auparavant. J'avais une bonne voiture et j'ai tenté de l'amener jusqu'au bout. Le drapeau jaune au 43e tour a rendu la fin de course excitante, mais j'ai réussi à m'accrocher. C'est très satisfaisant.»

Robidoux a avoué qu'il était fier de ses résultats en ce début de saison.

«C'est très motivant. Mais il ne faut pas lâcher.»

Plus loin, François Bernier a indiqué qu'il n'aurait peut-être pas dû tenter de doubler Robidoux par l'intérieur à quelques tours de la fin.

«J'ai tenté le grand coup, mais ça m'a nui plus qu'autre chose, Kayle finissant par me distancer encore plus. Mais bon, y'a rien de gênant à finir deuxième...»

Les Granbyens Michaël Parent et Steve Bernard ont respectivement fini 10e et 12e.

Une classe en santé

Ceux qui aiment la casse ont par ailleurs été servis lors de la finale de 20 tours chez les sports compacts. Pour vous donner une idée, 23 voitures ont pris le départ de l'épreuve principale et à peu près la moitié moins ont franchi l'arrivée.

Comme lors du premier programme de la saison, le Maskoutain Pierre-Olivier Breault a triomphé. Il a devancé Nancy Landry, de Farnham, ainsi que Patrick Renaud.

Avec pas moins de 26 sports compacts dans les puits en début de soirée, Dominic Lussier avait le sourire facile. Il faut dire que le promoteur a toujours défendu cette classe pas toujours appréciée, il faut le dire, à sa juste valeur.

«Vingt-six sports compacts, c'est impressionnant, a-t-il dit. Si ce n'est pas un record, ce n'est pas loin. À l'intérieur de ces voitures, il y a de futurs pilotes en modifié. C'est une classe qui mérite d'être soutenue.»

Martin Pelletier, en sportsman, et Stéphane Lemire, en prostock, ont aussi paradé dans le cercle des vainqueurs. Comme une semaine plus tôt également, dans les deux cas.

Les bolides de la série Empire Super Sprints s'arrêteront à l'Autodrome vendredi prochain.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer