Charles Hauver perd son premier combat chez les pros

Charles Hauver (à droite) n'a pas obtenu la... (André Pichette, La Presse)

Agrandir

Charles Hauver (à droite) n'a pas obtenu la faveur des juges lors de son premier combat chez les professionnels.

André Pichette, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Montréal) Personne ne pourra dire que Charles Hauver ne s'est pas bien défendu, mardi soir, sur le ring du Casino de Montréal. Mais voilà, ce ne fut pas assez pour qu'il rentre à Granby avec la victoire à la suite de son premier combat en carrière chez les professionnels.

Hauver s'est incliné par décision unanime devant Patrice Volny dans le cadre d'un combat de quatre rondes présenté par Groupe Yvon Michel. Les trois juges ont donné le même score: 39-36 en faveur du Montréalais, qui a envoyé le Granbyen au tapis lors du quatrième assaut.

«Je suis à la fois déçu et satisfait, a lancé Hauver à sa sortie du ring. Je suis déçu parce que j'ai perdu, mais je suis tout de même plutôt satisfait de ma performance. Chose certaine, j'ai aimé me battre en tant que professionnel, j'ai adoré faire partie d'une carte de boxe des grandes ligues. Je veux continuer, je veux revivre l'expérience.»

Hauver a été coupé à l'oeil gauche et il saignait encore un brin lorsqu'il a rencontré les membres des médias.

«Ma plus grande déception, c'est que je n'ai pas été capable de le frapper solidement. En fait, je n'ai pas été capable de m'installer à mon goût sur le ring. Il bougeait bien et j'avais de ma misère à me rendre jusqu'à lui.»

Hauver a dominé la première ronde et il méritait au minimum un verdict nul pour sa performance lors de la deuxième. Volny a toutefois eu le meilleur lors des six dernières minutes du combat.

Mais de façon générale, Hauver aura été le boxeur le plus agressif des deux, celui qui forçait le plus le combat. Même son adversaire l'a reconnu après la bataille.

Hauver est allé au plancher après avoir été touché sur le dessus de la tête.

«Il m'a pincé comme il faut, mais j'aurais pu rester debout. J'ai décidé de mettre un genou au sol parce que je craignais qu'il me descende si je restais debout. Certains diront que ce n'était peut-être pas la meilleure décision, je ne sais pas...»

Selon Dirk Waardenburg, son entraîneur, il a pris la bonne décision.

«Il n'avait pas le choix, a-t-il dit. S'il était resté debout, il se serait mis dans une position très vulnérable. Il a fait ce qu'il avait à faire.»

«Il s'est bien battu»

Waardenburg était prêt à donner une bonne note à son poulain pour sa performance.

«Il s'est bien battu. Et je sais qu'il a impressionné bien des gens. Il faut maintenant travailler sa vitesse et ses déplacements, surtout ses déplacements lorsqu'il est fatigué. Mais il a bien fait les choses.»

Dans le coin d'Hauver, il y avait aussi Dimitri Waardenburg et Adam Dyczka, deux autres boxeurs du Speedy Gym et des amis proches. Au total, ils étaient près d'une cinquantaine à avoir fait le voyage depuis Granby pour l'encourager.

«J'aurais aimé leur donner une victoire, mais bon...»

Ce n'est peut-être que partie remise.

Yvon Michel veut revoir le Granbyen

Charles Hauver a beau avoir perdu, il a suffisamment impressionné pour recevoir une autre invitation de Groupe Yvon Michel.

«J'ai aimé ce que j'ai vu, a expliqué l'homme le plus influent de la boxe au Canada. Malgré la défaite, Charles a livré un bon combat et j'ai vu en lui un boxeur qui possède de belles habilités. Je vous le dis, on le reverra dans une de nos soirées au casino.»

Michel a apprécié la vitesse, les combinaisons, la technique en général ainsi que le cran du Granbyen.

«Même s'il n'avait qu'un seul combat professionnel derrière la cravate, Patrice Volny représentait un gros défi pour Charles et j'aime le fait qu'il ait malgré tout répondu positivement à notre invitation. Après tout, Volny est solide et il s'entraîne avec Custio Clayton (qui faisait la finale du gala de mardi), ce qui veut dire qu'il est très bien encadré.»

Selon Michel, Hauver a perdu sa concentration lorsque Volny a commencé à le toucher solidement en deuxième moitié de combat.

«Il s'est alors éloigné de son plan de match et ça lui a nui. Mais il a gardé la tête haute, il n'a jamais abandonné. Il a le coeur à la bonne place.»

Et Yvon Michel l'a répété: on reverra Hauver dans un de ces galas présentés au Casino de Montréal.

«Il va revenir, car il a mérité le droit d'avoir une autre chance. La prochaine fois, il affrontera un adversaire davantage à sa portée. Oui, je veux le revoir...»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer