Autodrome: Steve Bernier ne veut pas se faire oublier!

Quelque 2800 spectateurs ont assisté au retour du stock-car... (Catherine Trudeau, La Voix de l'Est)

Agrandir

Quelque 2800 spectateurs ont assisté au retour du stock-car sur terre battue vendredi soir à l'Autodrome.

Catherine Trudeau, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Granby) Il a beaucoup été question du retour à temps plein de François Bernier à l'Autodrome Granby au cours de la dernière semaine. Mais voilà, son frère Steve a rappelé à tout le monde, vendredi soir, qu'il ne faudrait surtout pas l'oublier.

Par une très belle soirée du mois de mai, quelque 2800 spectateurs ont renoué avec leur sport favori alors que l'Autodrome entamait sa nouvelle saison. Et ils ont vu Bernier se sauver avec la victoire chez les modifiés au terme d'une finale de 50 tours qui a offert de bons moments malgré de nombreux drapeaux jaunes et même un drapeau rouge.

Parti 10e, Bernier a pris les devants au 46e tour et il a résisté à la compétition jusqu'à la fin. Il a eu le meilleur sur Kayle Robidoux, Yan Bussière, Alain Boisvert et Dominic Dufault.

Son frère François a terminé sixième.

Vingt-quatre voitures ont pris le départ de la finale, mais elles n'étaient qu'une quinzaine à l'arrivée. David Hébert, Steve Bernard et Mario Clair ont tous eu des problèmes de moteur. Et le pauvre Daniel Nadeau, lui, a été victime d'un énième accident qui a détruit son bolide.

«C'est un bon départ, a lancé Steve Bernier. Ma voiture ne réagissait pas très bien lors des nombreuses relances que nous avons eues, mais Kayle m'a donné un coup de pouce lors de la dernière et ça m'a permis de me faufiler jusqu'en avant. Ensuite, j'ai opté pour la ligne intérieure et ç'a bien été.»

Ils sont nombreux à croire que Steve Bernier sera très difficile à arrêter, cette saison, en modifié. Vendredi, il s'agissait de sa 52e victoire en carrière, toutes classes confondues, à Granby. C'est un sommet, a informé l'analyste et archiviste Dave Paryzo.

«Je ne le savais pas. C'est l'fun. Et ça veut dire que je commence tranquillement à vieillir!», a lancé en riant le pilote de Saint-Hyacinthe, qui avait aussi remporté sa qualification.

Plus loin, Kayle Robidoux semblait très satisfait de sa deuxième place. Il était parti 19e.

«J'ai fini la dernière saison en force et on reprend simplement là où on a laissé, a-t-il dit. C'est très encourageant.»

Encore Pelletier

Champion en titre de sa catégorie, Martin Pelletier a enlevé la finale de 50 tours chez les sportsman. Il a devancé Martin Hébert et Alexandre Salvas.

«Je suis là pour gagner et quand je gagne, je suis heureux, a-t-il dit. On ne peut espérer mieux comme début de saison.»

Pierre-Olivier Breault a quant à lui remporté la finale de 15 tours en sport compact. Il avait reçu le titre de recrue de l'année en 2015.

Oui, la saison de courses est bel et bien commencée. Enfin!

Adam a eu des problèmes de carburateur et... (Catherine Trudeau, La Voix de l'Est) - image 2.0

Agrandir

Adam a eu des problèmes de carburateur et il n'a pas été en mesure de finir sa qualification en sportsman vendredi. Il espérait faire mieux en prévision de la finale de 50 tours. En prostock, il a survolé l'épreuve préliminaire.

Catherine Trudeau, La Voix de l'Est

Le nouveau défi de François Adam

Il semble que François Adam n'en avait pas encore assez. Vendredi soir, le pilote de Saint-Pie est débarqué à l'Autodrome avec sa voiture prostock... et une voiture sportsman.

«À la fin de la dernière saison, le propriétaire de ma voiture, Junior Labelle, m'a dit: "Tu vas monter en sportman l'an prochain. Tu peux continuer à courir en prostock si tu veux, mais ta priorité va devenir la classe sportsman". J'ai dit: "OK boss! "»

Adam va donc participer à tous les programmes présentés à Granby à bord de sa voiture sportsman et il mettra les bouchées doubles les soirs de gros programme, comme c'était le cas vendredi.

«Je vais laisser la paix un peu à Jocelyn (Roy) et aux gars en prostock et je vais me concentrer à écoeurer les gars en sportsman. On va se faire un bel été!»

Adam a 49 ans. Et il parle d'un nouveau défi à relever.

«Ça va faire changement, ça va être autre chose. Je vise deux victoires... minimum.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer