Confirmé : Patrice Bosch, nouveau DG

Patrice Bosch à l'époque où il dirigeait les... (archives La Voix de l'Est)

Agrandir

Patrice Bosch à l'époque où il dirigeait les Inouk. «J'ai beau être un coach de carrière, je suis ici pour occuper les fonctions de directeur général, pas celles d'entraîneur», a-t-il expliqué.

archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Granby) La direction des Inouk n'a surpris personne, vendredi après-midi, en annonçant la nomination de Patrice Bosch au poste de directeur général. Il succède ainsi à Stéphane Mondou, qui a remis sa démission il y a deux semaines.

L'auteur de ces lignes avait fait mention à quelques reprises que Bosch, qui a dirigé les Inouk de 2006 à 2010, était le candidat numéro un du président Marco Bernard. Et même que Bosch s'était déjà mis le nez dans les dossiers de l'organisation.

«Par pur hasard, la première personne à qui j'ai parlé après que Stéphane m'ait donné sa démission, c'est Pat, a expliqué Bernard. Et rapidement, il m'a fait part de son intérêt. C'est certain que je l'ai immédiatement considéré, mais d'autres bons candidats se sont ajoutés ensuite.»

Bernard a reçu six candidatures. Dont celle de David Lapierre, qui se disait prêt à cumuler les fonctions d'entraîneur et de directeur général.

«J'ai rencontré David, a repris Bernard. Mais la prochaine saison s'annonce fort intéressante et je ne crois pas que ça aurait été une bonne idée que David ait à voir au repêchage, à l'organisation du camp d'entraînement et qu'il s'occupe de toutes les autres tâches dont s'occupe un DG en même temps qu'il dirige l'équipe. Le timing, comme on dit, n'était pas bon.»

Les points qui militaient en faveur de Bosch étaient nombreux.

«Pat connaît bien la Ligue junior du Québec, il a plein de contacts dans la LHJMQ et il connaît très bien notre organisation. Il fera un bon DG chez nous, c'est clair.»

Priorité aux Inouk

Patrice Bosch a 43 ans, il habite Chambly et, avec 121 victoires, il vient au deuxième rang pour le plus grand nombre de gains derrière le banc des Inouk. Il a été entraîneur en chef des Saguenéens de Chicoutimi et entraîneur adjoint chez le Drakkar de Baie-Comeau. Et lorsqu'on lui a demandé s'il débarquait à Granby en attendant qu'une équipe du circuit Courteau lui fasse signe, il a voulu être clair.

«Ma priorité, c'est les Inouk, c'est absolument les Inouk, a-t-il dit en entrevue téléphonique. J'aimerais évidemment retourner dans la LHJMQ, mais je n'y retournerai pas à n'importe quel prix. Je n'irais pas n'importe où et je n'irais pas à n'importe quelles conditions non plus. Je reviens à Granby et soyez assuré que je suis heureux de le faire, que ce n'est pas un prix de consolation.»

David Lapierre est toujours sans contrat en vue de la prochaine saison. Son avenir à Granby passe maintenant par Bosch, un entraîneur de carrière.

«David n'a pas à s'inquiéter, il est mon homme. C'est un excellent entraîneur et les Inouk sont chanceux de l'avoir. Et j'ai beau être un coach de carrière, je suis ici pour occuper les fonctions de directeur général, pas celles d'entraîneur.»

Les assises de la LHJMQ auront lieu les 9, 10 et 11 juin à Granby. Bosch a du travail devant lui.

«Je n'ai pas encore étudié en profondeur notre alignement, mais je sais que nous avons une base très solide. À Granby, nous ne pouvons pas simplement nous contenter de figurer. Je ne révolutionnerai rien: la machine des Inouk est bien huilée et je vais m'assurer que le succès soit encore au rendez-vous.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer