Charles Hauver prêt pour son premier combat

«On n'a pas deux chances de faire une... (Catherine Trudeau, La Voix de l'Est)

Agrandir

«On n'a pas deux chances de faire une première bonne impression, qu'on dit, et c'est certain que je veux gagner ce premier combat», explique Charles Hauver.

Catherine Trudeau, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Granby) À trois jours de disputer son tout premier combat chez les professionnels, Charles Hauver avoue qu'il est nerveux, «mais pas trop». «À l'heure où on se parle, je ressens plus la confiance que le stress», dit-il.

Mardi soir, sur le ring du Casino de Montréal, le Granbyen affrontera Patrice Volny, un autre Québécois, dont on ne sait toutefois pas grand-chose, sinon qu'il a remporté le seul combat de niveau professionnel qu'il a disputé.

«Selon la vidéo que j'ai vue, il est rapide, reprend Hauver. Vrai qu'il a vaincu un gars qui n'a qu'une seule victoire en 15 combats chez les pros, mais il ne faut pas se fier à ça. Je ne le connais pas, ce Volny, mais je le respecte quand même!»

Hauver, qui se battra à 165 livres, a axé sa préparation sur ses forces à lui et non en fonction de son adversaire. Il va miser sur ses propres qualités lors de ce combat de quatre rondes.

«Je ne boxerai pas de façon défensive, c'est clair. Comme on dit, je vais rentrer fort. Et je vais utiliser ma vitesse d'exécution.»

Au cours des dernières semaines, il s'est entraîné à Montréal, à Saint-Hyacinthe, à Laval et, bien sûr, à Granby. Dirk Waardenburg sera dans son coin mardi.

«J'ai pris l'entraînement très au sérieux. J'ai mis les gants une couple de fois par semaine, mais j'ai aussi fait beaucoup de course et de natation. Je suis top shape. En fait, je pense n'avoir jamais été aussi en forme de ma vie.»

Pression

Charles Hauver a 27 ans. Dans la vie de tous les jours, il travaille à la ferme familiale. Mais il rêve de faire carrière en boxe et de gagner sa vie avec son sport. En entrevue à La Voix de l'Est, à la suite de l'annonce de son premier combat chez les professionnels, il disait même rêver d'un titre canadien.

«On n'a pas deux chances de faire une première bonne impression, qu'on dit, et c'est certain que je veux gagner ce premier combat, avoue-t-il. En même temps, je ne veux pas me mettre une pression de fou sur les épaules et me dire qu'il faut absolument, absolument que je gagne et que je n'ai pas le choix. Quand tu penses comme ça, tu attires la défaite à mon avis. Je suis confiant, je suis très confiant même, même je veux tout de même demeurer relaxe. Et je veux m'amuser. Ça aussi, c'est important.»

Mais il affirme qu'il va donner son... 200 %.

«Il n'y a pas un boxeur qui veut perdre. Je ne veux pas perdre. Mais j'essaie juste de conserver une attitude intelligente. Je ne veux pas m'écraser moi-même en me mettant trop de pression.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer