Ranger jouera ses cartes différemment

«Le championnat, ça se gagne d'abord et avant... (Julie Catudal, Archives La Voix de l'Est)

Agrandir

«Le championnat, ça se gagne d'abord et avant tout en amassant des points. Il y a peut-être des fois où je serai plus prudent et que je chercherai à protéger ma deuxième ou ma troisième place, par exemple, au lieu de prendre des risques et de chercher la victoire à tout prix», explique Andrew Ranger.

Julie Catudal, Archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Granby) Andrew Ranger, on l'a souvent dit, est quelqu'un de foncièrement positif. Mais il avouera qu'il aborde sa nouvelle saison en série canadienne de NASCAR avec passablement plus de confiance et d'enthousiasme que lors des deux dernières années.

«Je peux aujourd'hui l'admettre: l'ambiance n'était pas toujours extraordinaire au sein de l'équipe, explique-t-il. Je n'irai pas plus loin, mais il y a même des week-ends qui étaient carrément pénibles. Mais il y a eu une tonne de changements et ça fait toute la différence. J'ai hâte que ça commence!»

Et ça commence pas plus tard qu'en fin de semaine sur le circuit routier du Canadian Tire Motorsport Park ou, si vous préférez, l'ancien Mosport, là où Ranger a connu de bons moments (il a triomphé deux fois), et de moins bons.

«J'ai un nouveau contrat (d'une durée d'un an) avec mon commanditaire Mopar, j'ai une nouvelle voiture et il y a de nouvelles personnes autour de moi, reprend Ranger. Même quand ce n'est pas facile, je suis toujours heureux d'aller aux courses parce que j'aime tellement ça. Mais là, j'ai plein de bonnes raisons d'être confiant et enthousiasme.»

La principale personne nouvelle autour de lui s'appelle David Wight, son nouveau chef d'équipe (crew chief). Wight a longtemps travaillé avec D.J. Kennington et il a remporté deux championnats avec lui.

«Je continue à faire équipe avec D.J. et, grâce à David, nos voitures auront la même signature. C'est un gars qui a à peu près mon âge, il a beaucoup d'expérience et ses voitures, je peux en témoigner, sont toujours prêtes à 100% lorsque vient l'heure de la course. Il est très minutieux et ça, c'est une qualité que j'aime. Je pense que ça va être très intéressant de travailler avec lui.»

Le noir et le jaune seront les couleurs prédominantes de la nouvelle Dodge Challenger no. 27 de Ranger, qui aime son look plus «agressif».

«On a fait des essais la semaine passée à Mosport. J'ai aimé ce que j'ai vu de la voiture. Elle est très rapide.»

Les gens de Chrysler ont par ailleurs développé un nouveau moteur pour la voiture de Ranger, mais le moteur en question restera sur les tablettes pour le moment.

«Ça a été long, mais il a fini par être approuvé par NASCAR. Mais puisque nous n'avons effectué aucun test encore, nous allons le garder en réserve.»

Les points

Ranger compte deux championnats en carrière en série canadienne de NASCAR, remportés en 2007 et en 2009. Et il rêve d'un troisième. Avouons que le timing serait parfait compte tenu de la durée limitée de son nouveau contrat.

«Cette année, j'ai l'intention de jouer mes cartes différemment, souligne le Granbyen. Le championnat, ça se gagne d'abord et avant tout en amassant des points. Il y a peut-être des fois où je serai plus prudent et que je chercherai à protéger ma deuxième ou ma troisième place, par exemple, au lieu de prendre des risques et de chercher la victoire à tout prix.»

La saison qui débute est la 10e de la série canadienne de NASCAR, qui est maintenant commanditée par Pinty's. On raconte que l'Ontarien Scott Steckly ne défendra pas son titre et qu'il se contentera d'un rôle de propriétaire de voiture.

«Selon ce que j'ai su, il aurait des problèmes de commanditaires, révèle Ranger. Mais il faut toujours faire attention avec ces histoires-là. L'an dernier, Jason Hathaway ne devait faire qu'une ou deux courses en raison des mêmes problèmes et il a finalement participé aux 11 épreuves. Alors...»

Ranger n'est certainement pas vieux à 29 ans, mais il est un jeune vétéran. Et il est d'avis qu'il devra se méfier des jeunes loups cette saison.

«Les gars comme Alex Labbé (qui portera les couleurs de BRP), Kevin Lacroix, Gary Klutt (la recrue de l'année en 2015) et cie veulent faire leurs preuves et ils ont faim. Les jeunes poussent et il faut les prendre au sérieux.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer