François Bernier revient à temps plein à l'Autodrome

François Bernier s'est avéré intouchable en modifié de... (Archives La Voix de l'Est)

Agrandir

François Bernier s'est avéré intouchable en modifié de 2011 à 2013.

Archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Granby) Le programme de vendredi soir, le premier de la saison à l'Autodrome Granby, marquera le retour à temps plein en piste de François Bernier, qui a été champion chez les modifiés en 2011, 2012 et 2013. Et le Maskoutain revient pour gagner.

«Je n'ai jamais embarqué dans ma voiture avec un objectif autre que celui de gagner, lance-t-il. Les courses, c'est une drogue, et gagner, c'est une drogue encore plus forte.»

Bernier avait annoncé qu'il en avait fini avec les courses à temps plein à la suite de la saison 2014. Il venait alors de lancer sa petite entreprise d'excavation et sa conjointe attendait la venue d'un premier enfant. Sans compter que le propriétaire de la voiture qu'il conduisait, Stéphane Belval, était sur le point de vendre le bolide.

«J'ai maintenant trois hommes qui travaillent pour moi dans l'excavation et notre petit Jacob est maintenant à la garderie. Tout d'un coup, j'ai plus de temps à ma disposition. Ça change bien des choses.»

Bernier, 33 ans, va conduire la deuxième voiture de son frère Steve. Les quatre ou cinq fois qu'il a couru à l'Autodrome la saison dernière, c'était à bord du même bolide.

«Steve et moi, on se partage tout. On partage les voitures, les mécaniciens et on est toujours en train de se donner des trucs et des conseils. Une fois en piste, par contre, c'est au plus fort la poche!»

David Hébert a remporté son deuxième championnat de suite la saison dernière. Mais selon Bernier, il n'est pas imbattable.

«Il est bon, mais il est battable. David a du talent, mais il a un set-up parfait: il a la voiture, l'équipe et le budget. Il va avoir de la pression cette saison parce qu'il vise sûrement la passe de trois. On va essayer de l'embêter un peu...»

Son frère Steve, à sa troisième saison en modifié, sera aussi à surveiller.

«À tous les vendredis, il y a six ou sept gars, au moins, capables de gagner. Il y a Hébert, il y a Steve, puis Robidoux (Kayle), Clair (Mario), Boisvert, Bussière, etc. Vraiment, c'est pas facile à Granby.»

Pénible

François Bernier le répète: il a trouvé la dernière saison difficile. Faire une course une fois de temps en temps seulement représentait quelque chose de pénible pour lui.

«Ma blonde était contente que je sois à la maison, mais je n'étais pas là complètement non plus, raconte-t-il. Je n'étais pas en piste, mais j'étais sur l'ordi pour voir les résultats, j'appelais mon frère, etc. Je pense qu'elle s'est rendu compte que les courses me manquaient vraiment...»

Mais il ne ratera rien cette saison. Enfin presque rien.

«Il y aura peut-être une semaine de vacances en famille à un moment donné, je ne sais pas. On verra.»

On verra, finalement, s'il parvient à convaincre sa blonde qu'il ne peut rien manquer...

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer