Inouk: un nouveau DG la semaine prochaine

Marco Bernard refuse d'affirmer que Patrice Bosch (sur... (Archives, La Voix de l'Est)

Agrandir

Marco Bernard refuse d'affirmer que Patrice Bosch (sur la photo) se profile comme étant le prochain directeur général des Inouk.

Archives, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Granby) On connaîtra officiellement le nom du nouveau directeur général des Inouk à la fin de la semaine prochaine.

«Nous avons une rencontre d'actionnaires jeudi prochain, a expliqué le président Marco Bernard. C'est alors que je vais soumettre le nom du ou des meilleurs candidats à mes partenaires.»

Lorsqu'on a demandé à Bernard si Patrice Bosch, qui a déjà dirigé les Inouk, était bel et bien le candidat numéro un à la succession de Stéphane Mondou, il n'a pas voulu se mouiller.

«Patrice est un des candidats, c'est vrai. Est-ce que c'est le candidat numéro un? Je ne sais pas. J'ai déjà reçu plusieurs curriculum vitae. J'ai parlé à des gens et je parlerai à d'autres.»

Selon certaines sources, pourtant, Bosch a déjà commencé à mettre le nez dans les dossiers des Inouk. Il n'a pas été possible de parler à l'ancien entraîneur des Saguenéens de Chicoutimi, qui n'a jamais caché son ambition de retourner derrière le banc d'une équipe de la LHJMQ.

Dans un autre ordre d'idées, David Lapierre est toujours sans contrat en vue de la prochaine saison. Mais selon Bernard, l'entraîneur n'a pas à s'inquiéter .

«David sait que je veux qu'il revienne derrière notre banc. Il y a un paquet de choses qui vont devenir officielles lors de notre réunion d'actionnaires. Ce sont ces gens-là qui nous permettent de faire du hockey et ils méritent d'être informés et de savoir ce qui se passe. On a toujours fonctionné comme ça. Y'a une question de respect là-dedans.»

Rien à ajouter

Marco Bernard n'a pas voulu revenir sur le départ du directeur général Stéphane Mondou, qui a fait énormément jaser à Granby à la suite de l'entrevue que ce dernier a accordée à La Voix de l'Est. Il n'a rien voulu ajouter, sinon qu'il regrette le départ de Mondou et qu'il a été déçu «par les propos et la façon de faire» de celui-ci. Et surtout, il n'a pas voulu revenir sur les histoires d'argent dont son ex-DG a parlé.

«J'ai dit ce que j'avais à dire sur le sujet et il n'est pas question d'aller plus loin, a-t-il mentionné sur un ton qui n'acceptait pas la réplique. Par-dessus tout, je ne veux pas embarquer dans une guerre ouverte avec Stéphane. Il a fait de l'excellent travail à Granby, mais il est parti... et ce n'est pas ma décision. Il faut passer à autre chose.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer