Le DG des Inouk dresse un bilan très positif

«On a surpris, on est allés au bout... (Julie Catudal, La Voix de l'Est)

Agrandir

«On a surpris, on est allés au bout de nos limites, c'est difficile, sinon impossible de demander mieux», a expliqué le directeur général Stéphane Mondou en faisant le bilan de la saison des Inouk.

Julie Catudal, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Granby) Sans surprise, Stéphane Mondou n'avait que de belles choses à raconter, mercredi, alors qu'il a dressé le bilan de la dernière saison des Inouk. Ses propos les plus intéressants l'ont été quand il a parlé de celle à venir.

«La fierté est très grande quand on pense à la saison qui vient de se terminer, a commencé par dire Mondou. On a surpris, on est allés au bout de nos limites, c'est difficile, sinon impossible de demander mieux. Dans le respect des valeurs de l'organisation, nous sommes en train de monter un programme de hockey très fort.»

Mondou, qui a lui-même connu une excellente saison en mettant la main sur les bons joueurs au bon moment (Benjamin Avoine-Jean, Alexandre Coulombe et Jérémy Brown principalement), a avoué qu'il aurait trouvé très enthousiaste la personne qui lui aurait prédit une présence en grande finale pour les Inouk au mois de septembre.

«Moi, je voulais qu'on joue pour ,500 aux Fêtes et qu'on commence à véritablement progresser à partir de janvier. J'avais confiance en notre groupe de joueurs, j'avais confiance en les qualités d'enseignants de David (Lapierre) et de ses adjoints, mais tout est allé mieux que prévu.»

Mondou explique essentiellement la défaite par balayage en finale face au Collège Français en grande finale de deux façons: la fatigue et les blessures.

«C'est vrai que nous avons laissé beaucoup d'émotion et d'énergie contre les Montagnards. Et Sainte-Agathe, c'est loin, nous avons passé beaucoup de temps sur l'autoroute pendant cette série. Puis, en finale, des gars comme Kevin Cloutier et Vincent Ouellet-Beaudry n'auraient jamais joué si nous avions été au mois de novembre ou de janvier. Le Collège Français avait aussi des blessés mais nous, nous avions véritablement besoin de tout notre monde pour être en mesure de faire la lutte à une aussi bonne équipe.»

Mondou a enfin parlé de l'esprit de groupe très spécial qui unissait les Inouk cette saison et qui a clairement fait une différence.

«Sur un mur du vestiaire, à la suite du dernier match, un joueur a écrit: "Nous n'avons pas gagné la coupe, mais nous avons gagné le respect et une famille". Ça dit tout.»

Des changements

Les Inouk étaient jeunes cette saison et malgré tout, ils ont atteint la finale de la Ligue de hockey junior du Québec. En théorie, il y a de la place dans la formation pour chacun des joueurs qui a terminé la campagne à Granby, à l'exception bien sûr des six patineurs de 20 ans. L'alignement ne comptait que trois joueurs de 19 ans, soit l'attaquant Philip Sardinha et les défenseurs Marc-André Gauthier et Kevin Cloutier, qui devraient tous être de retour à 20 ans.

«C'est clair qu'il y aura des changements, que tout le monde ne reviendra pas, a repris Stéphane Mondou. Bon an mal an, la moitié des joueurs sont remplacés à chacune des saisons.»

Mondou sait que les attentes risquent d'être élevées envers son équipe la saison prochaine. Et ça semble lui faire peur.

«Ce n'est pas parce qu'on a fait la finale cette année qu'on va nécessairement tout gagner l'an prochain. La ligue est très compétitive. Longueuil et Terrebonne vont être encore solides et Valleyfield, entre autres, s'en vient. Faudra faire attention de ne pas mettre trop de pression...»

Les assises et le repêchage de la LHJQ auront lieu ici, à Granby, du 9 au 11 juin. Et la prochaine période de transactions débutera le 1er juin. Mondou affirme qu'il aura «de bonnes nouvelles» à annoncer le jour même de l'ouverture de la période des échanges.

Lapierre

À l'heure où on se parle, ni David Lapierre ni même Stéphane Mondou n'a d'entente en vue de la prochaine saison. Les deux hommes ont rencontré le président Marco Bernard, qui tient bien sûr à eux, et leur retour sera confirmé une fois que Bernard aura fait son bilan de saison avec les autres actionnaires de l'équipe.

«On sait tous que David aimerait graduer, mais on sait aussi qu'il est heureux à Granby, a souligné Mondou. Si on peut l'aider à monter, on va le faire. Mais s'il reste avec nous, on ne sera pas déçus, c'est clair.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer