Handball : deux soeurs d'ici représentent le Canada

Les soeurs Laurie et Odrey-Anne Lacasse.... (Alain Dion, La Voix de l'Est)

Agrandir

Les soeurs Laurie et Odrey-Anne Lacasse.

Alain Dion, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jérôme Roy
La Voix de l'Est

(Granby) Du handball, Odrey-Ann et Laurie Lacasse en mangent. Tellement que les deux soeurs, âgées de 18 et 16 ans respectivement, représentent maintenant le Canada sur la scène international. Et récemment, elles ont pu mettre leur talent à l'épreuve lors de championnats Pan-Am en Amérique latine.

Avec l'équipe junior, Odrey-Ann est allée au Brésil, alors que Laurie s'est rendue au Chili avec l'équipe juvénile. Le handball les avait déjà fait voyager, mais c'était la première fois que les soeurs Lacasse portaient les couleurs du Canada. L'expérience s'est avérée fort enrichissante.

«C'est plus sérieux. Tu te rends compte que c'est vraiment quelque chose! C'est plus fort, c'est plus vite», explique Odrey-Ann.

Dans les deux cas, les jeunes femmes ont dû se contenter du cinquième et dernier rang. Elles ne se montrent pas nécessairement déçues, vu la puissance des équipes qu'elles affrontaient.

«C'est du monde pas mal plus en shape. Comme le Brésil, c'est toutes des six pieds! C'est épeurant!», s'exclame Laurie.

D'ailleurs, son équipe a été éprouvée par de nombreuses blessures lors de la compétition, ce qui n'a pas aidé. En revanche, les soeurs Lacasse estiment que leur pays a pu miser sur la vitesse pour éviter d'être carrément humilié à ces compétitions.

«On a su, quand même, rivaliser», affirme l'aînée.

Sport méconnu

S'il est si difficile pour le Canada de performer à l'étranger, c'est que le sport est loin derrière le hockey, le football ou le soccer en terme de popularité ici. Ailleurs, le handball occupe une place beaucoup plus importante. Difficile de rivaliser dans ces conditions.

«On n'a même pas d'équipe au Cégep, juste pour vous dire, lance Odrey-Ann. Il faut aller au Verbe Divin, une chance que Marc [Saint-Laurent, leur entraîneur] est là!»

Pas évident, non plus, de performer quand il faut s'entraîner avec des filles de l'Alberta, alors que des filles de l'Uruguay, par exemple, se consacrent exclusivement à l'entraînement pendant un mois avant un gros tournoi. Et en plus, les sommes investies sont importantes. Odrey-Ann confie que, cette année, ses compétitions lui ont coûté plus de 8000$.

Qu'importe, elles sont passionnées et n'entendent pas se laisser décourager. Elles participeront d'ailleurs cet été, au sein de la même équipe, à une compétition à Drummondville. Elles auront alors la chance, ensemble, d'affronter des pays qui, comme le Canada, ne sont pas des grandes forces au handball.

«C'est toutes des équipes de notre niveau», explique Laurie.

«C'est quand même une grosse compétition qui nous intéresse, qui pourrait nous faire évoluer», ajoute Odrey-Ann.

Sur les traces de leur mère

Les deux soeurs ont de quoi s'inspirer, puisque leur mère, Julie Audet, a elle aussi déjà fait partie de l'équipe canadienne en handball. Elle a d'ailleurs suivi attentivement les deux championnats Pan-Am auxquels participaient ses filles via Internet.

«Elle nous suivait et elle était fébrile! Elle était vraiment fière» raconte Laurie.

Les deux soeurs se réjouissent de pouvoir bénéficier des encouragements et des conseils d'une mère qui connaît bien leur réalité.

Aussi avec Granby

Odrey-Ann et Laurie Lacasse portent également les couleurs de Handball Granby au niveau juvénile de la Fédération québécoise de handball olympique. Laurie est d'ailleurs la deuxième meilleure pointeuse du circuit et Granby a terminé la saison régulière au premier rang. En plein championnat, l'équipe affronte le Celtique de Montréal en demi-finale. Le match est présenté ce mercredi, à 19 h 30, à l'école secondaire du Verbe Divin.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer