Stamkos pourrait ne pas revenir au jeu cette saison

Steven Stamkos pourrait être tenu à l'écart du... (Étienne Ranger, archives Le Droit)

Agrandir

Steven Stamkos pourrait être tenu à l'écart du jeu jusqu'à la fin de la saison.

Étienne Ranger, archives Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne

Même si le Lightning de Tampa Bay atteint la finale de la Coupe Stanley, deux experts doutent que Steven Stamkos soit prêt à effectuer un retour au jeu à ce moment-là.

Sa rééducation à la suite d'une opération visant à enrayer un problème de caillot sanguin et qui aurait nécessité le retrait d'une côte, le 4 avril dernier, devrait commencer au moment où le Lightning sautera sur la glace pour le quatrième match de sa série contre les Red Wings de Detroit, mardi.

Raj Suppiah, un physiothérapeute qui a aidé d'autres athlètes à se remettre d'un caillot sanguin, dit qu'il est primordial pour Stamkos d'amorcer immédiatement sa récupération.

«Je tente de promouvoir une mobilisation précoce à la suite d'une intervention chirurgicale, a indiqué Suppiah, propriétaire et directeur de Foundation Physiotherapy, à Toronto, et associé professionnel à l'Université McMaster, de Hamilton. Nous tentons de nous assurer que les patients ne demeurent pas immobiles. Nous voulons qu'ils bougent le plus rapidement possible, car nous voulons que le sang circule et que les articulations bougent.

«Nous voulons également nous assurer qu'il n'y a pas trop de cicatrisation, car nous pouvons développer beaucoup de tissus cicatriciels près des zones opérées. Plus il y a de tissus cicatriciels, moins il y a de mobilité.»

Le Dr Thomas Forbes, chirurgien vasculaire au Centre cardiaque Peter-Munk de Toronto, croit que Stamkos a développé ce caillot à l'épaule droite en raison de traumatismes répétés subis par la veine. Le vaisseau affecté se trouve entre la clavicule et la première côte. Il est sans équivoque compressé, voire même cicatrisé, à chaque fois que Stamkos lève son bras droit au-dessus de son épaule, ce qu'il a fait des milliers de fois dans sa vie en prenant son élan pour un lancer frappé.

«L'un des collègues a dit à la blague que ça doit venir de ses célébrations après avoir marqué. Il doit marquer moins souvent, a raconté Forbes. Ce ne sont pourtant pas aux hockeyeurs auxquels vous pensez quand vous songez aux athlètes qui travaillent à bout de bras et qui développent habituellement des caillots. Ce sont plutôt les lanceurs au baseball et les joueurs de volleyball qui viennent en tête.»

L'effet de cette compression entre la clavicule et la première côte est ressenti par «le commun des mortels» quand on dort avec un bras au-dessus de notre tête. Les picotements alors ressentis sont causés par l'écrasement de la veine par les deux os. En retirant la côte, la clavicule ne peut plus resserrer le vaisseau sanguin.

Le caillot développé par Stamkos est bien différent de ceux dont ont souffert Pascal Dupuis, Tomas Vokoun et Kimmo Timonen. Dupuis a dû prendre sa retraite à la suite de complications provoquées par une importante intervention chirurgicale au genou, qui ont entraîné un caillot aux poumons. Vokoun souffrait d'une condition génétique qui s'est détériorée en raison des nombreux voyages, tandis qu'un tir bloqué jumelé à un désordre sanguin héréditaire ont tenu Timonen à l'écart du jeu.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer