Les Inouk en chute libre

Francis Brunelle, qui effectuait un autre retour, semblait... (Denis Germain, collaboration spéciale)

Agrandir

Francis Brunelle, qui effectuait un autre retour, semblait déterminé à avoir raison du gardien Vincent Gervais sur cette séquence. Mais voilà, le portier longueuillois a eu le dernier mot.

Denis Germain, collaboration spéciale

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Granby) Les Inouk semblent au bout du rouleau. Du moins, ils semblent à court de miracles.

Devant 715 de ses partisans, vendredi soir au colisée Jean-Béliveau, le Collège Français a pris une sérieuse option sur la conquête de la Coupe Napa alors qu'il a vaincu les Inouk par la marque de 6-1. Les Longueuillois mènent la série finale de la Ligue de hockey junior du Québec par trois victoires à zéro.

Le quatrième match, peut-être le dernier de la très belle saison des Inouk, aura lieu dimanche à compter de 15 h au centre sportif Léonard-Grondin.

Si certaines pénalités semblaient tirées par les cheveux, il n'en demeure pas moins que les Inouk ont payé très cher leur indiscipline vendredi, le Collège Français enregistrant cinq de leurs six buts en supériorité numérique.

Au total, les Inouk ont accordé 14 avantages au Collège Français. À l'opposé, ils en ont reçu seulement quatre.

Alexandre Coulombe a été puni pour quatre minutes pour avoir dardé et il a reçu une inconduite pour abus verbal envers un officiel. Gabriel Chicoine, Patrice Demuy, Xavier Brodeur ont tous été punis de la même façon à la suite de la même faute.

Mais voilà, David Lapierre s'est porté à la défense de ses joueurs. Et il n'a pas été tendre envers les officiels en devoir.

«On vient d'assister à quelque chose qui ressemble à une disgrâce, voire une véritable honte pour la LHJQ! , a-t-il commencé par dire. Ce soir, mes joueurs se sont bien défendus à cinq contre cinq, mais on les a carrément empêchés de jouer leur match. On a été puni pour tout et pour rien, et le travail des arbitres (Benoit Lessard et Simon Tartre) a totalement faussé les données. C'est épouvantable!»

Et l'entraîneur est allé plus loin.

«Je comprends que Pierre Petroni est un homme important dans la LHJQ, qu'il est même un membre du panthéon du circuit, mais comment peut-il se permettre de gueuler après les arbitres la porte de son banc grande ouverte sans problème alors que moi, on vient m'avertir simplement parce que j'ai posé un regard d'insatisfaction? Il y a des choses qui ne marchent pas!»

Lapierre était d'humeur totalement massacrante.

«Mes joueurs ne méritaient pas ça. Même en désavantage numérique, ils ont continué de se battre. Et tout ce que je viens de dire, vous pouvez l'écrire, je m'en sacre!»

Il a conclu en disant que ses joueurs n'abandonneront pas.

«On va prendre ça un match à la fois. Ne pensez surtout pas que nous sommes finis!»

Avoine-Jean à nouveau retiré

Pour un deuxième match de suite, Benjamin Avoine-Jean a été retiré du match avant la fin, et ce, après avoir accordé quatre buts sur 19 lancers. Attendez-vous à voir Nathan Ward-Raymond dès le départ dimanche.

Noah Corson, Kevin Cloutier et Nicolas Bellerose n'étaient pas en uniforme. Les joueurs affiliés Jacob Brousseau, Zachary Roy de même que Francis Brunelle, qui effectuait un autre retour, ont pris leur place. Seul Cloutier était blessé.

Jason Lanoue a été le meilleur du Collège Français avec deux buts et une passe. Samuel Guilbault, David Marcotte, Maxime Chagnon et l'ex-Inouk Jean-Philippe Goyer ont complété.

Alex Dulude, tandis que les Inouk tiraient déjà l'arrière 4-0, a été le seul à déjouer Vincent Gervais, qui a reçu 27 tirs.

Avoine-Jean et Ward-Raymond, eux, ont été mis à l'épreuve 41 fois.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer