Les Inouk ne changeront pas leur recette

«On va simplement continuer à frapper sur le... (Photo Julie Catudal, archives La Voix de l'Est)

Agrandir

«On va simplement continuer à frapper sur le même clou : celui du travail et de la détermination», lance David Lapierre.

Photo Julie Catudal, archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Granby) Les Inouk ont relevé plusieurs défis avec brio cette saison. Et celui qui s'offre à eux mercredi soir au centre sportif Léonard-Grondin est fort simple: ou bien ils soutirent une troisième victoire aux Montagnards de Sainte-Agathe... ou bien ils tombent en vacances.

«Nous n'avons rien à perdre et absolument tout à gagner, a lancé David Lapierre avant la séance d'entraînement de son équipe mardi après-midi. Comme lors des cinq premiers matchs de la série, nous allons jouer avec coeur et avec intensité. J'ai confiance.»

La séance d'entraînement dirigée par Lapierre mardi était peut-être la toute dernière des Inouk cette saison. Mais ni l'entraîneur ni ses joueurs ne pensaient à ça.

«On a battu les Montagnards deux fois de suite au début de la série et je sais qu'on est capables de refaire la même chose, a souligné Benjamin Avoine-Jean, qui sera à nouveau devant le filet lors du sixième match. Nous faisons face à l'élimination, c'est vrai, mais il n'y a personne dans ce vestiaire qui a baissé les bras. Ça, je peux vous le garantir!»

Selon Avoine-Jean, les Inouk devront garder les choses simples afin de provoquer un match ultime.

«C'est quand on se complique les choses, généralement, que ça devient plus difficile. Mais on vient d'avoir trois jours de congé, on s'est changé les idées un peu et ça nous met dans de bonnes dispositions, à mon avis, pour jouer du bon hockey. On sait ce qu'on est capables de faire, on sait qu'on est capables de battre n'importe qui.»

Rien à changer

Selon David Lapierre, les Inouk n'apporteront pas beaucoup de changements à leur façon de jouer mercredi soir.

«On n'a pas à le faire, a-t-il dit. On a joué du bon hockey jusqu'ici et, avec un peu de chance, nous pourrions être en avance dans cette série. On va simplement continuer à frapper sur le même clou: celui du travail et de la détermination. La recette est bonne.»

Comme Avoine-Jean, Lapierre est d'avis que les quelques jours de congé ont fait du bien à son équipe.

«Le slogan du Canadien est: pas d'excuse. Pourtant, ils ont parlé de leurs blessures tout au long de la saison. Nous, nos joueurs ont plein de bobos, mais nous n'achalerons pas personne avec ça. Mais en ce sens, le petit congé a fait du bien, c'est clair.»

Lapierre affirme que ses joueurs n'auront même pas à jouer avec la fameuse énergie du désespoir mercredi.

«L'énergie du désespoir, c'est la toute dernière solution. Nous n'en sommes pas là puisqu'on a déjà battu les Montagnards et qu'on sait qu'on peut les battre encore.»

Le coach a répété que ses joueurs n'ont pas de pression.

«On a déjà surpris bien des gens en remportant deux matchs. Personne ne nous tombera dessus si on perd la série. Les Montagnards, eux, n'ont pas le choix, ils sont condamnés à l'emporter, car leur objectif est de tout gagner. Et je sais qu'ils ne veulent absolument rien savoir de jouer un septième match.»

S'il s'avère nécessaire, le septième match aura lieu jeudi soir, à Sainte-Agathe. Mais bon, il y a une grosse étape à franchir avant...

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer