Nico Rosberg remporte le Grand Prix de Bahreïn

Nico Rosberg a signé une deuxième victoire en... (Associated Press)

Agrandir

Nico Rosberg a signé une deuxième victoire en autant de courses en 2016, l'emportant par une confortable marge sur le circuit de Sakhir.

Associated Press

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Chris Lines
Associated Press

Nico Rosberg est devenu le huitième pilote dans l'histoire de la Formule 1 à remporter cinq courses d'affilée, à la suite de son triomphe au Grand Prix de Bahreïn dimanche. Il tentera maintenant de répéter l'exploit des sept autres: mettre la main sur le championnat des pilotes.

Pendant le tour de formation, de la fumée... (Associated Press) - image 1.0

Agrandir

Pendant le tour de formation, de la fumée est sortie de l'arrière de la voiture de Sebastian Vettel, le forçant à immobiliser son véhicule.

Associated Press

Rosberg a signé une deuxième victoire en autant de courses en 2016, et une cinquième de suite depuis la fin de 2015, l'emportant par une confortable marge sur le circuit de Sakhir.

Vainqueur il y a 15 jours en Australie, le pilote Mercedes a profité d'une collision impliquant son coéquipier Lewis Hamilton dès le premier virage, et d'un problème de moteur qui a empêché Sebastian Vettel, sur Ferrari, de participer à la course.

Rosberg a mené du début à la fin, et a devancé Kimi Raikkonen, sur Ferrari, par 10,2 secondes.

Hamilton est parvenu à se classer troisième malgré sa collision avec Valtteri Bottas, sur Williams.

Daniel Ricciardo (Red Bull) a pris le quatrième rang, devant Romain Grosjean, qui a livré une autre performance encourageante pour l'écurie américaine Haas.

«Le point tournant a été le départ, j'ai amorcé la course avec force, a analysé Rosberg. J'ai tenté de contrôler la course, et je suis très, très heureux de la journée. C'est merveilleux de l'avoir emporté.»

«De victoires de suite, des points importants, c'est ce vers quoi je me concentre. Cinq victoires, trois de suite, ça n'a pas d'importance», a-t-il enchaîné.

Vettel hors-course

Un retournement de situation est survenu avant même que ne s'allument les feux verts donnant le coup d'envoi de la course. Pendant le tour de formation, de la fumée est sortie de l'arrière de la voiture de Vettel, le forçant à immobiliser son véhicule. Il s'agissait déjà d'une deuxième déficience d'un bolide Ferrari cette saison, après les problèmes vécus par Raikkonen en Australie.

Détenteur de la pole position, Hamilton a connu un laborieux départ, comme ce fut le cas à Melbourne, lui qui cherche à s'ajuster aux nouvelles règles régissant les procédures d'embrayage au lancement des courses.

«Deux incidents distincts, mais tout aussi douloureux. Celui d'aujourd'hui l'est peut-être encore plus, a reconnu Hamilton. Ce fut un très mauvais départ de ma part, et ce n'était rien de technique.»

Le Britannique se trouvait déjà derrière Rosberg lorsque Bottas a tenté une audacieuse manoeuvre. Mais Bottas est entré en collision avec Hamilton, le refoulant jusqu'à la septième position à la conclusion du premier tour.

Bottas s'est vu servir un blâme par les commissaires de course, et a dû accepter une pénalité.

«Tout le monde a semblé négocier la courbe de façon très serrée vers l'intérieur, et c'était trop tard, a expliqué Bottas. J'ai essayé de freiner aussi durement que possible. J'ai écopé une pénalité et je suis certain qu'il a perdu des places à cause de cela. C'est dommage.»

Confortable avance

Avec ses principaux rivaux hors de l'équation, Rosberg s'est confortablement installé à l'avant du peloton, au point où il avait allongé sa priorité à 8,5 secondes après seulement six tours de piste. Et au moment où les meneurs ont commencé à défiler aux puits de ravitaillement, au 12e tour, son avance était de plus de 14 secondes.

Rosberg, Raikkonen et Hamilton ont utilisé des stratégies de pneumatiques semblables, à l'exception de Hamilton, qui a opté pour le mélange médium en deuxième portion de course pendant que les deux autres adoptaient les gommes tendres.

C'était la huitième fois que Raikkonen montait sur le podium à Bahreïn, mais sans jamais accéder à la plus haute marche.

«J'ai connu un mauvais départ et après quelques tours, je me trouvais à une ligne droite complète derrière Nico. C'est difficile de s'en remettre», a fait remarquer Raikkonen.

De son côté, Hamilton a négocié la totalité de la course avec un côté droit endommagé.

«Nous sommes parvenus à remonter. Mais les dommages sur la voiture étaient si importants que je ne pouvais pas maintenir le rythme avec Kimi.»

La prochaine étape du Championnat de Formule 1 aura lieu le 17 avril, à l'occasion du Grand Prix de Chine, à Shanghaï.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer