Lapierre : «On peut les battre»

Benjamin Avoine-Jean a offert une bonne performance devant... (Alain Dion, archives La Voix de l'Est)

Agrandir

Benjamin Avoine-Jean a offert une bonne performance devant le filet des Inouk. Il a bloqué 28 lancers.

Alain Dion, archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sainte-Agathe-des-Monts) David a fait une très belle lutte à Goliath, vendredi soir, dans les Laurentides. Même que les Inouk étaient en avance jusqu'au milieu de la deuxième période. Mais les Montagnards ont fini par avoir le dernier mot, eux qui ont signé une victoire de 3-2 devant 327 spectateurs au centre sportif Damien-Hétu de Sainte-Agathe.

Le premier match de cette série demi-finale a été âprement disputé. Ça patinait et c'était très intense. Et les coups vicieux ont été nombreux. Sans crainte de se tromper, on peut affirmer que ces deux équipes se détestent déjà.

Non, les Inouk n'ont pas mal paru. Loin de là. En arrière par un but à mi-chemin en troisième période, ils ont bénéficié d'un avantage numérique de trois minutes puis d'un autre de deux minutes au cours desquels ils ont été incapables de capitaliser. Essentiellement, c'est là que le match s'est joué.

«On est capables de jouer avec eux et même de les battre, a lancé David Lapierre. On a fait un bon match, on n'a pas à rougir de notre performance. Je pense sincèrement que la rencontre aurait pu aller d'un bord comme de l'autre. Il ne nous manquait pas grand-chose...»

C'est une poussée de trois buts des Montagnards en moins de sept minutes en deuxième période qui a fait la différence. Philippe Arsenault a d'abord créé l'égalité 1-1 avant que Tommy Lapierre, 18 secondes plus tard, ne fasse2-1 en faveur des locaux. Puis, Lapierre, encore, a donné une priorité de deux buts à son équipe.

Alex Dulude, à la sixième minute de la deuxième, et Philip Sardinha, à la troisième minute du dernier engagement, ont inscrit les buts des Inouk, les deux fois en avantage numérique.

Devant le filet, Benjamin Avoine-Jean a été solide, lui qui a bloqué 28 lancers, dont un tir de punition. Les Inouk ont mis Nicolas Lachance à l'épreuve en 29 occasions.

Robichaud expulsé, Corson blessé

Francis Robichaud et Noah Corson n'ont pas terminé le match, le premier ayant hérité d'une extrême inconduite pour mise en échec par-derrière en milieu de deuxième période, alors que le second ne s'est pas remis de la très solide mise en échec que lui a donnée Gaël-Mukeba Lubwele à la septième minute de la troisième.

Bien que le geste semblait douteux, Lubwele n'a pas été puni, mais il a plus tard été expulsé pour son assaut contre Benjamin Avoine-Jean. Il devrait être suspendu un match.

David Lapierre a indiqué que Corson se sentait bien à son retour au vestiaire, même s'il semblait assez évident, à sa réaction à la suite de la mise en échec, qu'il avait subi une commotion cérébrale. Mais les Inouk ne prendront pas de chance et on ne reverra pas le no. 23 avant une bonne dizaine de jours.

«On va regarder le film de la séquence et on verra s'il y a matière à l'envoyer à la LHJQ», a indiqué le directeur général Stéphane Mondou, prudent.

Gabriel Tremblay, toujours blessé au bas du corps, a passé un autre tour dans le camp des Inouk.

Le deuxième match de la série aura lieu dimanche, à 14h, au centre sportif Léonard-Grondin.

On le répète, les Inouk sont loin d'avoir mal paru. Au minimum, on peut s'attendre à ce qu'ils offrent une bonne opposition aux Montagnards dans cette série.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer