Le baseball cubain est en crise

Ces dernières années, plusieurs Cubains tels que Rusney... (Associated Press)

Agrandir

Ces dernières années, plusieurs Cubains tels que Rusney Castillo (photo), des Red Sox de Boston, et Jose Abreu, des White Sox de Chicago, ont fait le saut vers le baseball majeur.

Associated Press

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Peter Orsi
Associated Press
La Havane

Tandis que le président des États-Unis Barack Obama assistera au match des Rays de Tampa Bay contre l'équipe nationale cubaine mardi, la ligue de baseball dirigée par l'État traverse l'une de ses pires crises en 50 ans d'histoire.

L'exil massif des joueurs étoiles cubains vers les États-Unis a décimé les équipes de cette île des Caraïbes. Les stades et les terrains sont en décrépitude, tout comme la qualité du jeu selon les experts et les amateurs. L'équipe nationale n'a pas gagné de tournoi majeur en près d'une décennie.

«Nous traversons une période sombre», a confié Ismael Sene, un historien du baseball cubain.

Les autorités envisagent maintenant des réformes jadis inimaginables - qui ont été facilitées par la détente des relations cubano-américaines - afin de préserver le sport national du pays socialiste.

Les Ligues majeures de baseball sont en pourparlers avec les gouvernements des deux pays afin d'en arriver à une entente qui faciliterait le transfert des joueurs cubains aux États-Unis sans devoir filer à l'anglaise pendant des tournois internationaux ou traverser l'océan sur des radeaux de fortune.

La semaine dernière, l'administration Obama a adopté une loi afin de permettre aux Cubains d'être salariés aux États-Unis tant et aussi longtemps qu'ils ne paient pas de taxes spéciales dans leur pays d'origine. Ces nouvelles règles mentionnent explicitement les athlètes professionnels, les artistes ainsi que les interprètes.

Victor Mesa, une légende du baseball cubain qui dirigera l'équipe qui affrontera les Rays, a déclaré qu'il rêvait du jour où les joueurs cubains pourront affronter les États-Unis sans devoir abandonner leur terre natale.

Exode des talents

Ceux qui sont familiers avec le baseball cubain estiment que les joueurs sont vraiment déchirés entre leur loyauté au système cubain, qui leur a permis de développer leur talent, et le rêve d'affronter les meilleurs au monde aux États-Unis.

Les salaires dans les Ligues majeures sont également très persuasifs. Ces dernières années, plusieurs Cubains tels que Rusney Castillo (Red Sox de Boston, 72,5 millions $US) et Jose Abreu (White Sox de Chicago, 68 millions $) ont signé des ententes faramineuses.

«Chaque joueur de baseball voudrait se mesurer aux meilleurs dans cette ligue, a confié Livan Moinelo, un lanceur gaucher qui évolue pour Pinar del Rio. Des opportunités très intéressantes sont sur le point de se présenter aux joueurs cubains dans les Ligues majeures, et nous espérons que tout ira pour le mieux.»

La dernière fois que l'équipe nationale cubaine a remporté un tournoi international, c'était lors des Jeux panaméricains de 2007. Pinar del Rio a également remporté la Série des Caraïbes, une compétition interclubs, en 2015. Cuba a envoyé une formation très prometteuse lors de la Classique mondiale de baseball en 2013, mais elle s'est effondrée avant d'atteindre les demi-finales. Depuis ce temps, au moins sept joueurs clés de cette équipe ont fait défection.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer