Martin Langevin dirigera les Maroons à Saint-Cyrille

Martin Langevin avoue qu'il a dû passer à... (Cathy Jones)

Agrandir

Martin Langevin avoue qu'il a dû passer à travers une certaine période d'adaptation après être débarqué avec les Maroons en tant qu'adjoint à Michel Deschamps.

Cathy Jones

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Waterloo) Martin Langevin l'avoue: il s'apprête à vivre des moments spéciaux.

Langevin, qui est débarqué derrière le banc des Maroons au mois de novembre afin de seconder Michel Deschamps, agira à titre d'entraîneur-chef vendredi soir alors que la troupe waterloise affrontera le Condor de Saint-Cyrille, au Centre-du-Québec, dans le cadre du troisième match de la série demi-finale de la Ligue de hockey senior de la Mauricie.

Langevin sera le patron puisque Michel Deschamps est retenu à Toronto par des obligations professionnelles. Il sera de retour samedi soir, à l'aréna Jacques-Chagnon, pour le match no. 4.

«J'ai hâte!, lance le Cowansvillois. Est-ce que je vais avoir des papillons dans l'estomac avant la rencontre? C'est possible. C'est mon premier match et, en plus, c'est un match des séries. C'est un gros contrat, mais un beau contrat.»

Selon ce qu'on entend, Langevin est respecté des joueurs des Maroons. Son plus gros défi, vendredi, sera de faire en sorte que ses hommes soient véritablement prêts lorsque l'arbitre mettra la rondelle en jeu en dépit du fait qu'ils mènent la série par deux victoires à zéro.

«Je vais parler aux gars, mais ça, honnêtement, ça ne m'inquiète pas. Tout le monde sait que le Condor tirait de l'arrière 2-0 dans sa série contre Joliette et qu'il a remporté le duel en sept matchs, sur la glace des Sportifs s'il vous plaît. C'est une équipe coriace, qui ne lâche jamais. Personne n'arrivera à Saint-Cyrille trop confiant, j'en suis convaincu.»

Les Maroons seront privés des services de Kevin Asselin, suspendu un match pour coup de poing, et de Mathieu Papineau, parti encourager sa blonde, membre des Carabins de l'Université de Montréal, au championnat canadien de hockey universitaire féminin à Calgary. Asselin sera remplacé par Jérémie Gouchie et Papineau, par Mike Ménard.

Bien sûr, Olivier Laliberté, qui a été nommé deuxième étoile de la dernière semaine dans la LHSAM, sera devant le filet.

«Ce serait l'fun de gagner à Saint-Cyrille et de venir finir la série devant nos partisans samedi, reprend Langevin. En éliminatoires, il faut savoir économiser nos énergies quand c'est possible.»

Une adaptation

Martin Langevin est aussi l'entraîneur des Vics bantam AA. Et il avoue qu'il a dû passer à travers une certaine période d'adaptation après être débarqué avec les Maroons.

«Coacher des adolescents et des hommes, c'est très différent, souligne-t-il. À Waterloo, les gars ont de l'expérience, ils ont joué dans la LHJMQ, on ne peut pas leur apprendre grand-chose. L'approche est très, très différente.»

Mais Langevin, un gardien de prison dans la vie de tous les jours, affirme qu'il s'amuse. Surtout depuis le début des séries éliminatoires.

«Le calibre est très, très fort depuis le début des séries. Et être derrière le banc d'une équipe dont les gars sont aussi déterminés, c'est un privilège.»

Il n'est toutefois pas rendu à se demander s'il aimerait être entraîneur-chef à temps plein au niveau senior.

«Pour le moment, je suis très bien dans mes fonctions d'adjoint aux côtés d'un entraîneur qui connaît le senior comme le fond de sa poche. J'apprends et j'ai encore des choses à apprendre. Et puis, je ne suis pas pressé.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer