Rien d'acquis pour les Inouk, selon Patrice Demuy

«Tout ce que je veux, moi, c'est aider... (Alain Dion)

Agrandir

«Tout ce que je veux, moi, c'est aider l'équipe», explique Patrice Demuy, qui a amassé cinq points, dont deux buts, au cours des deux premiers matchs éliminatoires.

Alain Dion

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Granby) Patrice Demuy joue du gros hockey en ce début de séries éliminatoires dans la Ligue de hockey junior du Québec.

En deux matchs, le Granbyen a amassé cinq points, dont deux buts, lui qui a tranché le débat à la faveur des Inouk en prolongation mardi soir à Vaudreuil-Dorion.

«Ça va bien, c'est vrai, et je suis content, a expliqué Demuy, mercredi après-midi, tout juste avant le début de la séance d'entraînement de son équipe au centre sportif Léonard-Grondin. J'ai eu une bonne conversation avec David (Lapierre) la semaine dernière et il m'a dit ce qu'il attendait de moi en séries. J'ai compris le message et j'essaie fort d'être à la hauteur.»

En substance, Lapierre lui a dit qu'il aura un rôle important à jouer. Demuy doit générer de l'offensive, tout en prenant soin de l'aspect défensif de son jeu. Et en étant utilisé sur les unités spéciales, il ne manquera pas de temps de glace.

«Tout ce que je veux, moi, c'est aider l'équipe, a repris le no 55. L'entraîneur m'a donné une chaise et j'essaie de bien la remplir lorsque je m'assois dedans. En séries, tout le monde a un travail particulier à faire.»

Les Inouk mènent leur duel face aux Mustangs par deux victoires à zéro. Après l'avoir aisément emporté 8-2 dimanche, ils en ont eu plein les bras lors du deuxième match.

«Les Mustangs ne semblaient pas très bien préparés pour le début de la série, mais ils se sont ajustés et nous avions une équipe très différente devant nous à l'occasion du match no 2. Nous sommes en avance 2-0, mais ça pourrait très bien être 1-1 aussi...»

«On a appris» 

Plus d'une fois, vers la fin de la saison régulière, les Inouk ont péché par excès de confiance alors qu'ils avaient rendez-vous avec des équipes de deuxième ordre. Les Mustangs ont un club solide, mais les Granbyens rentrent à la maison jeudi soir avec une avance confortable après avoir arraché les deux premiers matchs sur la route. Bref, tout y est afin qu'ils se fassent jouer un tour.

«En séries, il n'y a jamais rien d'acquis et ça, on le sait, a souligné Patrice Demuy. Et je pense qu'on a appris de ces matchs de fin de saison où on s'est présentés à l'aréna mal préparés. Honnêtement, je ne crains pas d'excès de confiance.»

Selon celui qui vient d'avoir 19 ans, les Inouk veulent en finir le plus vite possible avec les Mustangs. Une raison de plus rester sur le qui-vive.

«En éliminatoires, quand tu peux économiser tes énergies, tu le fais. Les matchs sont plus difficiles physiquement, ils sont plus émotifs et le calendrier est beaucoup plus exigeant. Il faut vraiment viser d'en finir le plus rapidement avec cette première série.»

En même temps, Demuy affirme que ses coéquipiers et lui ne voient pas plus loin que le prochain match.

«C'est souvent quand on voit très loin en avant qu'on se fait jouer un tour. On veut se rendre le plus loin possible, c'est clair, mais il faut se concentrer sur le prochain match et uniquement sur le prochain match.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer