Les Maroons... dans le tumulte

Les esprits se sont échauffés en troisième période.... (Julie Catudal, La Voix de l'Est)

Agrandir

Les esprits se sont échauffés en troisième période. Des comptes se sont réglés sur la glace, comme on peut le voir, mais également dans les estrades.

Julie Catudal, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Waterloo) En l'emportant 6-4 face au Condor de Saint-Cyrille samedi devant une foule de 995 spectateurs à l'aréna Jacques-Chagnon, les Maroons ont pris les devants deux victoires à zéro dans leur série demi-finale de la Ligue de hockey senior de la Mauricie. Mais ce qu'on retiendra d'abord du match, c'est qu'il a duré au-delà de trois heures et qu'il a été interrompu une bonne vingtaine de minutes en troisième période en raison de bagarres dans les estrades et parce que les joueurs du Condor, craignant pour leur sécurité, sont rentrés au vestiaire.

Alexandre Labrosse, au centre, vient d'enfiler le quatrième... (Julie Catudal, La Voix de l'Est) - image 1.0

Agrandir

Alexandre Labrosse, au centre, vient d'enfiler le quatrième but des Maroons. Il est félicité par Jonathan Bouchard et Maxime Dozois. 

Julie Catudal, La Voix de l'Est

Tout a commencé lorsque Kevin Asselin, des Maroons, a été dardé par Joël Roch avec 4 min 38 s à faire à la troisième. Asselin a répliqué en s'en prenant à Roch et les esprits se sont échauffés sur la glace, comme dans les gradins.

Des bouteilles et autres débris ont été lancés sur la patinoire et des partisans des Maroons et du Condor en sont venus aux coups. Pendant que les joueurs de l'équipe visiteuse retraitaient dans leurs quartiers, les policiers dépêchés sur les lieux intervenaient, expulsant au passage quelques spectateurs.

Les Maroons menaient alors 5-4. Si l'avance des Waterlois avait été plus importante et si le match n'en avait pas été un des séries, l'arbitre aurait probablement renvoyé tout un chacun à la maison devant la tournure des événements. Mais la présence policière a calmé tout le monde, les joueurs du Condor ont fini par revenir sur la patinoire et on a finalement pu terminer la rencontre, un peu avant 23 h.

«Le Condor a une bonne équipe, mais mon club est supérieur et nos adversaires ont tenté de faire tourner le match à leur avantage en nous attaquant, a commenté l'entraîneur des Maroons, Michel Deschamps, en faisant principalement référence au coup porté par Roch à Asselin. On a beau faire du hockey senior, on a beau aimer quand il y a de l'action, on ne peut tolérer des attaques comme celle-là, pas plus qu'on peut tolérer quand la violence se transporte dans les estrades.»

Trois points pour Bouchard et Brouillard

Six joueurs différents ont fait bouger les cordages du côté des Maroons samedi, soit Mathieu Asselin, Maxime Dozois, Émeric Hudon, Alexandre Labrosse, Alexandre Gauthier et Jonathan Bouchard, qui a aussi récolté deux passes. Première étoile du match, Marc-Olivier Brouillard a préparé trois buts.

«Il s'est passé des choses plates à la fin, mais je pense que nos partisans vont aussi retenir que nous avons fourni un bel effort et que nous avons disputé un match très solide», a expliqué la recrue Brouillard, qui domine le classement des marqueurs des Maroons en séries avec ses 13 points, dont trois buts en huit matchs.

Devant le filet, le vétéran Olivier Laliberté a été solide, bien qu'il ait été déjoué quatre fois sur 31 lancers, dont deux par Simon Gaudet. Il a surtout fermé la porte quand c'était nécessaire de le faire.

La veille, à Saint-Cyrille, Laliberté avait bloqué pas moins de 51 lancers dans la victoire de 4-3 des Maroons, qui tiraient de l'arrière 3-1 après une période. Il connaît d'excellentes séries.

«C'est vrai que je joue probablement mon meilleur hockey depuis que je suis associé aux Maroons, a-t-il dit. Mais honnêtement, nous sommes très nombreux à jouer du gros hockey présentement. C'est pas compliqué, on veut gagner.»

Le troisième match de cette série aura lieu à Saint-Cyrille vendredi. Le quatrième sera présenté le lendemain à l'aréna Jacques-Chagnon.

Il n'y a que deux matchs de joués que, déjà, les émotions sont à vif. Clairement, quelques jours de repos ne feront de tort à personne.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer