Un gala de boxe qui promet au speedy gym

Adam Dyczka, gaillard de 265 livres qui s'entraîne au... (photo Christophe Boisseau-Dion)

Agrandir

Adam Dyczka, gaillard de 265 livres qui s'entraîne au Speedy Gym, sera de la finale du gala présentée samedi.

photo Christophe Boisseau-Dion

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Maxime Massé
La Voix de l'Est

(Granby) Après presque un an d'attente, le Speedy Gym présentera à nouveau un gala de boxe ce samedi dans ses installations du boulevard Mountain.

Pas moins de dix combats seront à l'affiche lors de cette soirée qui débutera à 19 h. La finale sera un duel de poids lourds opposant Adam Dyczka, un costaud gaillard de 265 livres qui s'entraîne au Speedy Gym, à Steve Frenette, un Montréalais qui porte les couleurs de l'Académie Ness Martial.

Dyczka, un jeune Granbyen, a connu du succès en arts martiaux mixtes et tente maintenant d'en faire de même en tant que boxeur. Comme tous les autres affrontements, le combat principal consistera en trois rounds de deux minutes.

«Nous ne pouvons pas présenter des combats plus longs que ça en raison des règles de la Fédération québécoise de boxe. Ça donne toutefois des combats explosifs. Ça va être bon», note Dirk Waardenburg précisant que les boxeurs pourront donner leur maximum sans trop se soucier de leur cardio.

Le propriétaire du Speedy Gym s'attend à accueillir environ 150 spectateurs pour l'occasion. «Il y a des gens qui m'appelaient souvent pour me demander: c'est quand votre prochain gala? Il y a beaucoup de personnes qui s'intéressent à la boxe à Granby. Ils vont pouvoir voir des boxeurs d'ici, mais aussi de Montréal, Saint-Hyacinthe et Drummondville», note M. Waardenburg.

Une carte bien remplie

En demi-finale, un autre Granbyen, Rocky Lapointe, se mesurera à Alexandre Maher du Gladiateur Gym. Lapointe essayera de se reprendre après avoir perdu son dernier combat par K.-O. technique le mois dernier.

Les filles et les jeunes seront aussi en vedette lors du gala. La conjointe de Dirk, Andrea Marquis, fera en effet ses débuts en boxe face à Caroline Michaud.

«Elle a déjà fait trois combats de kickboxing qu'elle a gagnés il y a quatre ans. Elle fait maintenant le saut en boxe et devrait aussi aller aux gants de bronze (championnat provincial). Ça fait longtemps qu'il n'y a pas eu de combats féminins ici à Granby. Ça va être intéressant à voir», estime M. Waardenburg.

Anthony Durocher, un autre protégé du Speedy Gym âgé de 13 ans, aura quant à lui un beau défi devant lui. Il se battra contre Esteban Nadeau, qui compte déjà 40 combats à son actif même s'il n'a seulement que 14 ans.

«Ils n'ont pas la même expérience, mais l'arbitre va surveiller le combat de près. S'il est trop fort, il va arrêter le combat, mais j'ai confiance que ça va bien aller pour Anthony. Il a quand même quatre victoires en quatre combats», souligne Dirk Waardenburg.

Dans la cour des grands

Charles Hauver et Dimitri Waardenburg, deux autres boxeurs s'entraînant au Speedy Gym, espèrent par ailleurs toujours faire le saut chez les professionnels dans un avenir rapproché.

Les deux pugilistes planifiaient prendre part au gala du Groupe Yvon Michel qui sera présenté le 17 mars au Casino de Montréal, mais le projet ne s'est pas concrétisé.

«Ils avaient reçu des offres, mais je veux vraiment les mettre contre des boxeurs du même niveau. Je ne veux pas les mettre en partant contre des gars qui ont déjà fait 5-6 combats professionnels. Je préfère attendre pour être sûr qu'ils soient prêts», indique Dirk Waardenburg.

Son fils Dimitri a livré un premier combat professionnel il y a quatre ans. Il avait alors perdu. D'où l'importance pour les deux boxeurs dans la vingtaine de faire leurs classes avant de débarquer dans la cour des grands.

«J'en ai parlé avec Marc Ramsay (entraîneur de David Lemieux) et d'autres boxeurs, ils m'ont tous dit qu'il était mieux d'attendre et de ne pas commencer trop vite. Ils sont sur la liste de GYM et en attendant, on s'assure qu'ils restent actifs», affirme le propriétaire du Speedy Gym.

Hauver (165 lb) et Waardenburg (145 lb) s'envoleront ainsi le 15 mars pour la Belgique, où ils disputeront au moins un combat à Bruxelles.

«Ça va être une bonne expérience pour eux. En même temps, on reste là pour 10 jours, donc ils vont pouvoir s'entraîner à Paris, à Bruxelles, et peut-être même à Amsterdam», note Dirk Waardenburg, qui est originaire du plat pays.

Les spectateurs curieux de voir Hauver en action pourront d'ici là se rabattre sur le gala du Speedy Gym de samedi puisqu'il y disputera un combat d'exhibition contre un adversaire de Saint-Hyacinthe.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer