Les Inouk en mode séries

David Lapierre risque d'avoir une bonne idée de... (Julie Catudal, archives La Voix de l'Est)

Agrandir

David Lapierre risque d'avoir une bonne idée de ce que ses joueurs ont dans le coeur et dans le corps vendredi alors que les Inouk joueront pour le deuxième rang de leur section face aux Mustangs de Vaudreuil-Dorion.

Julie Catudal, archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les Inouk, on l'a dit et on l'a répété, connaissent une saison au-delà des espérances de tout le monde. N'empêche que, depuis la fin janvier, l'équipe a perdu plusieurs matchs qu'elle aurait dû gagner.

Mais voilà qu'en fin de semaine, les Inouk ont été convaincants. Vendredi, ils ont vaincu les Cobras de Terrebonne, l'équipe no 3 de la Ligue de hockey junior du Québec, et le lendemain, ils ont aisément et comme il se doit disposé du Titan de Princeville, un des pires clubs du circuit Jacques Laporte.

Le week-end a été très payant, les Inouk se retrouvant maintenant au deuxième rang de la section Alexandre-Burrows, position qui leur permettra d'avoir l'avantage de la glace face aux Mustangs de Vaudreuil-Dorion lorsque ces deux équipes vont s'affronter au second tour des séries éliminatoires. Mais encore faut-il, bien sûr, que la troupe granbyenne conserve cette priorité sur les représentants de la banlieue ouest de Montréal.

À la lueur des performances offertes par les Inouk en fin de semaine, on peut penser que les joueurs de David Lapierre sont en mode séries. Il n'est pas trop tôt puisqu'il ne reste que trois matchs à leur calendrier régulier et que leur première rencontre des éliminatoires devrait avoir lieu le 13 mars.

Il y a longtemps qu'on a vu les Inouk, leur dernier match à domicile remontant à quasiment trois semaines, tournoi bantam oblige. On aura une bonne idée d'où ils en sont, on aura une bonne idée de ce qu'ils ont dans le coeur et dans le corps ce vendredi quand les Mustangs débarqueront en ville.

Il faut le dire, le hasard fait parfois bien les choses. Quand on a regardé le calendrier de la présente saison la première fois, on s'est dit que les Mustangs de Vaudreuil-Dorion pour le match Foule plein, ce n'était pas très gagnant. Mais on ne se doutait pas que l'enjeu de la rencontre allait être si important.

Les Mustangs, qui jouent à Chambly mardi soir, risquent de se présenter au centre sportif Léonard-Grondin avec un seul petit point de retard sur les Inouk avec, en plus, un match en main sur vos favoris. Il s'agira d'une rencontre cruciale, rien de moins.

Le match Foule plein a l'habitude d'attirer une foule très importante. L'an dernier, ils étaient plus de 2500 dans les gradins du centre sportif Léonard-Grondin. Les partisans des Inouk se font plus discrets cette saison et il sera intéressant de voir s'ils saisiront l'occasion pour se manifester. Après tout, la rencontre est digne d'intérêt et on promet une grande fête.

Des scénarios

Puisque les Inouk bénéficieront d'un laissez-passer pour le premier tour des séries (en vertu de leur deuxième ou troisième place au classement de leur section) et qu'on sait déjà qu'ils affronteront les Mustangs en deuxième ronde, il est facile de commencer à imaginer des scénarios.

Avantage de la glace ou non, les Inouk vont venir à bout des Mustangs - qu'ils viennent d'ailleurs de battre trois fois de suite -, une équipe qui s'est un brin essoufflée et qui est, tout simplement, moins solide que celle de Granby. Vous me le remettrez sur le nez si je me trompe, mais je ne vois pas comment Vaudreuil-Dorion pourra remporter cette série.

Si la logique est respectée, les Inouk croiseront ensuite le fer avec les Montagnards de Sainte-Agathe, l'équipe numéro 1 de la LHJQ. Là, ça risque d'être pas mal, pas mal plus compliqué...

Mais on sera rendu en demi-finale. Et on pourra dire que les Inouk, à qui j'avais été le premier à prédire une saison de misère, auront fait tout un bout de chemin.

Mais il y a des si... Si le capitaine Francis Brunelle, à l'avant, donne enfin aux Inouk ce qu'ils attendaient de lui, si Francis Robichaud, en arrière, joue comme il en est capable, si Jérémy Brown s'impose comme il l'a fait à Terrebonne l'autre soir, si Benjamin Avoine-Jean (ou Nathan Ward-Raymond?) garde les buts en champion...

Avec des «si», tout est possible, direz-vous, et c'est vrai.

Mais bon, commençons par voir vendredi face aux Mustangs. Un match baromètre, qu'on appelle ça...

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer