Roxton Pond: courir contre Dame Nature

Malgré de piètres conditions météo, des dizaines de... (Julie Catudal, La Voix de l'Est)

Agrandir

Malgré de piètres conditions météo, des dizaines de pilotes de motos, d'autos et de VTT ont pris d'assaut le lac Roxton dimanche.

Julie Catudal, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Maxime Massé
La Voix de l'Est

(Roxton Pond) La météo a donné de sérieux maux de tête aux organisateurs de la course sur glace Eskape de Roxton Pond dimanche, mais elle n'a pas su voler la vedette aux dizaines de coureurs ayant pris d'assaut le lac Roxton.

Le mercure qui a grimpé au-dessus du point de congélation et la pluie ont fait craindre l'annulation de l'événement, mais le promoteur Jimmy Bérard et son équipe ont déployé des efforts acharnés afin que la piste puisse accueillir les pilotes.

«Malgré la météo, on a réussi à faire en sorte que l'événement ait lieu. Juste pour ça, on est super contents. C'est sûr qu'on n'a peut-être pas le nombre de spectateurs qu'on voulait, mais les pilotes sont au rendez-vous», a noté Jimmy Bérard.

Il y avait six pouces d'eau à la grandeur du lac lorsqu'il s'est présenté sur place à 3 h du matin. Jimmy et son frère Samuel ont percé des trous pour faire baisser l'eau, fait des tours pour évacuer le reste et les nombreuses épreuves ont finalement eu lieu comme prévu.

«On a réussi à gagner contre Dame Nature, mais à 4 h du matin, on était stressés pas mal», a admis Jimmy Bérard, soulignant que l'événement avait attiré environ 700 spectateurs n'ayant pas hésité à se mouiller les pieds. L'an dernier, près de 2000 personnes avaient bravé le froid pour voir les pilotes en action.

En plus de jouer sur l'achalandage, la température a également affecté les performances des coureurs. «Ça va bien, mais le char chauffe un peu, a reconnu Keven Houde aux côtés de son bolide. Quand le moteur a chaud comme ça, il a moins de puissance. On n'a pas le choix de lever le pied un peu pour que la voiture tienne le coup.»

Le pilote de Saint-Édouard-de-Lotbinière a néanmoins réussi à décrocher la 2e place de la finale «Open 200-». «Les gars ont fait un travail assez incroyable afin qu'on puisse courir. C'était ma première fois à Roxton Pond et je compte bien revenir faire mon tour», a-t-il assuré.

Autos, motos et véhicules tout-terrain

Autos, motos et véhicules tout-terrain se sont succédé sur la piste tout au long de la journée. Malgré quelques chutes en moto, on ne rapportait aucun blessé grave et surtout aucun véhicule dans le fond du lac.

Plusieurs pilotes locaux ont bien fait malgré les conditions inhabituelles pour un mois de février. Chez les pro-am, le pilote de Saint-Césaire, Kevin Lacombe, a notamment pris le 2e rang de la finale Open et la 3e place de la finale 450 cc aux commandes de sa moto.

«J'ai tout donné. Il ne me manquait pas grand-chose, mais les autres gars sont un peu plus dedans que moi cette année. Un peu plus de pratique, ça n'aurait pas fait de tort. La course sur glace, ça brasse toujours un peu. Tu es premier lors d'une pratique et l'autre, tu as de la misère. Il y a beaucoup d'ajustements à faire, car la glace change toujours.»

Il est aussi plus difficile de revenir de l'arrière avec de telles conditions météo, souligne Félix Dandurand, un jeune pilote de moto de Bedford. «Avec la slush, on a plus tendance à déraper. Il faut y aller plus sécuritaire en roulant moins vite. C'est le fun quand même. Le bon côté, c'est qu'il ne fait pas trop froid», dit-il.

Après s'être illustré en qualifications, il a fini 3e lors de la finale réservée aux débutants. C'est un autre pilote de la région, Claude Bernier de Roxton Pond, qui a remporté les grands honneurs de cette épreuve.

Pour sa part, s'il a connu de sérieux ennuis mécaniques avec sa moto, le Granbyen Samuel Bérard s'est bien repris au volant de sa voiture no 301 en remportant la finale «Stock 200-».

Quant à savoir si l'événement sera de retour ou non l'an prochain, Jimmy Bérard s'est montré optimiste malgré les aléas de la météo auxquels il a dû faire face cette année.

«Je pense que oui. On va faire le calcul final pour commencer. Mais après avoir passé une année de même, puis réussi à s'en sortir, je crois qu'on mériterait d'avoir une belle édition l'année prochaine», dit-il en riant.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer