L'Avalanche prolonge le calvaire du Canadien

Le Canadien s'est incliné 3-2 devant l'Avalanche, hier... (Associated Press)

Agrandir

Le Canadien s'est incliné 3-2 devant l'Avalanche, hier soir, au Colorado.

Associated Press

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marc-Antoine Godin
La Presse

(Denver) Le deuxième but de la soirée de Jarome Iginla, marqué avec à peine 2:03 à faire en troisième période, a causé la perte du Canadien, qui s'est incliné 3-2 devant l'Avalanche, hier soir, au Colorado.

Une rondelle perdue par P.K. Subban en zone offensive et subtilisée par Mikhail Grigorenko a été à l'origine de cette relance qui a mené au but fatidique. Michel Therrien n'a d'ailleurs pas eu recours à son défenseur vedette dans la dernière minute de jeu, alors que le CH cherchait à créer l'égalité.

Loin de fermer les livres à la mi-match comme il l'avait fait deux soirs plus tôt en Arizona, le Canadien a bataillé ferme durant toute la rencontre pour ne pas rentrer à Montréal les mains vides. Cette défaite-là fera d'autant plus mal.

Le CH est décidément incapable d'acheter une victoire, particulièrement face aux formations de l'Ouest, contre lesquelles il n'a que 5 gains en 19 rencontres.

Il s'agissait d'un match important pour l'Avalanche dont c'était le seul affrontement cette semaine et, compte tenu des matchs en plus qu'il a joués par rapport à ses rivaux, il se devait absolument de protéger son avance au classement.

Mais pour le Tricolore, une fois de plus, une erreur coûteuse aura coûté cher. Tout au long de la soirée, le club avait réussi à tenir tête aux troupes de Patrick Roy, les dominant en possession de rondelle et quant aux chances de marquer.

Iginla deux fois plutôt qu'une

Avant même qu'Iginla ne marque le but décisif, les unités spéciales avaient déjà joué un vilain tour au CH. En début de deuxième, lors d'un avantage numérique, Max Pacioretty et Lars Eller sont tous deux tombés profondément en zone de l'Avalanche et la relance rapide des locaux a débouché sur une descente à trois contre deux dont le défenseur Erik Johnson a fait son affaire.

L'Avalanche a marqué son deuxième but lors d'une attaque à cinq, le 14e de la saison de Jarome Iginla.

Quelques minutes auparavant, Iginla s'était fait refuser un but parce qu'il était entré en contact avec le gardien Ben Scrivens. Chez l'Avalanche, on était furieux car le contact pouvait sembler tout au plus accidentel, mais dès lors que l'officiel avait levé le bras avant le but, Patrick Roy n'avait aucun recours pour contester le fait que le but avait été refusé.

Ça n'a pas empêché Iginla de prendre sa revanche quelques minutes plus tard pendant une punition à Eller.

Auparavant, une mauvaise sortie de Varlamov derrière son filet, jumelée au fait qu'Eller s'était retrouvé seul devant son filet, avait permis au Canadien de reprendre les devants 2-1.

Lessio et De La Rose en évidence

À son retour d'une blessure subie à Philadelphie dès son premier match avec le Canadien, Lucas Lessio a fait plusieurs bonnes choses. Combatif en échec avant et assurant une présence physique, l'ancien des Coyotes s'est permis une échappée en première période, en plus d'offrir une belle chance de marquer à Smith-Pelly en deuxième période et une autre à P.K. Subban en troisième. Le jeune marque des points.

Thomas De La Rose en est un autre qui s'est bien acquitté du mandat qu'on lui avait confié. Il a été de la mise en jeu initiale à chacune des trois périodes, Michel Therrien l'a employé abondamment et le jeune Suédois n'a pas mal fait au centre du troisième trio.

En revanche, ç'a été une autre soirée de travail difficile pour Alexei Emelin qui, de pair avec Greg Pateryn, a été sous pression durant la majeure partie de la rencontre. Pendant ce temps, Mark Barberio, qui jouait pourtant du bon hockey, a été retranché pour un deuxième match de suite.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer